A7i

A7i

République Centrafricaine: à BANGUI, en patrouille avec les troupes françaises de l’Eufor

 [ Par  Haru Mutasa |Mis à jour|samedi 16 août 2014 ]

 Haru Mutasa est une correspondant basée en Afrique du Sud pour Al Jazeera en anglais.

 afrisud.png

 " Ne soyez pas dupe, Bangui est calme pour le moment mais tout peut basculer en 1 seconde" a dit un soldat de l'Eufor à la journaliste d'Al Jazeera

"Vous pouvez encore sentir la tension qui persiste et elle pourra prendre des années avant de s'estomper"

La journaliste d'Al Jazeera rejoint la force de l'UE à Bangui qui font l'interposition entre les chrétiens et les musulmans dans la délicate mission à maintenir le calme.

"Ne soyez pas dupe," le soldat m'a dit. "Bangui se sent plus calme maintenant mais tout peut dégénérer en une seconde. Ne vous éloigner pas ou marcher à votre guise, assurez-vous que mes hommes puissent vous voir et essayer de garder le rythme."

Plusieurs instructions faciles je pense. Après tout qu'est ce qui peut être si difficile d'aller en patrouille avec la force de l'Union européenne en République centrafricaine?

Trois heures plus tard, j'ai chaud, en sueur et épuisée par la marche. Nous avons visité les quartiers où certains des pires combats entre chrétiens et musulmans ont eu lieu.

Vous pouvez encore sentir la tension, mais les gens semblent vouloir revenir à une vie normale.

Il y'a une semaine, une femme m'a demandé si j'étais chrétienne ou musulmane.

Je lui ai répondu: «Je suis une Africaine comme vous."

Les choses paraissent différentes maintenant. Je suis juste une autre journaliste dans leur quartier en mouvement avec des soldats.

Un homme passe devant nous portant une machette. Le soldat à côté de moi le regarde de près. Il n'a pas à me dire quelque chose. Je peux vous dire qu'il n'est pas sûr si l'homme qui vient vers nous est un ami ou un ennemi.

Mais l'homme fait des vagues et dit: "Bonjour Madame".

Il est certainement un ami, mais on ne sait pas combien de temps cela va durer cet calme relatif à Bangui.

Nous continuons la marche et nous rencontrons un jeune garçon jouant avec une arme-jouet. On dirait qu'il l'a fait lui-même à partir d'argile ou de quelque chose.

Il la pointe vers nous, en faisant semblant de tirer. Il semble normal. Les garçons et les filles partout dans le monde jouent avec des armes-à -jouets.

Je prends une photo et il me sourit, désireux de me montrer son «arme». J'ai appris plus tard que certains des soldats lui ont demandé de détruire son arme et de la briser en morceaux.

Ça semblait un peu sévère, mais j'ai compris pourquoi.

La guerre n'est pas finie. N'importe quoi peut tout mettre en cause les choses à nouveau.

Le petit garçon probablement ne représentait aucune menace, mais qui sait combien de personnes sont porteuses de vraies fusils et des armes.

Nous sommes de retour dans le véhicule blindé et un soldat me demande si je suis à l'aise de porter mon gilet pare-balles. C'est une chose lourde, mais nécessaire à porter.

"Il pourrait un jour vous sauver la vie," on m'a dit tant de fois.

"Nous avons environ une autre heure avant de partir", dit le soldat, souriant.



16/08/2014

A découvrir aussi


Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 540 autres membres