A7i

A7i

Centrafrique: Transition en RCA - Le temps presse

 [ Par  Simon Pierre Etoundi |Mis à jour|03/09/14 ]

 

ELECTION 2015-2.png

L'échéance de février 2015 prévue pour les élections n'est pas tenable selon certains acteurs.

La normalisation en Centrafrique tarde à prendre son envol. Chaque jour émerge un nouveau blocage dans le processus de pacification du pays. Pourtant, les échéances fixées pour la fin d'un régime de transition se rapprochent à grands pas. Face au retard pris, il semble acquis que la transition devrait se prolonger. Si jusqu'ici la présidente de Transition, Catherine Samba-Panza ne s'est pas prononcée sur la question et travaille plutôt à rallier à la cause de la paix les forces vives du pays, des voix commencent à réclamer un peu plus de temps pour la transition. Ce lundi, Dieudonné Kombo-Yaya, le président de l'Autorité nationale des élections (ANE) est monté au créneau pour envisager une prolongation de la transition.

«Personne n'est dupe. Aujourd'hui, les conditions actuelles font que le délai de février 2015 est peu envisageable. (...) Il faut penser automne 2015 plus qu'entre juillet et septembre où c'est la plus forte saison des pluies», a confié Dieudonné Kombo-Yaya à Radio France internationale. Parmi les raisons évoquées pour justifier cette prorogation inéluctable de la période de transition, il évoque le manque de moyens criant dans le pays et une insécurité chronique. Par ailleurs, l'Etat éprouve encore beaucoup de difficultés à asseoir son autorité sur l'ensemble du territoire. Plusieurs zones du pays échappent encore au pouvoir central de Bangui.

Catherine Samba-Panza reste pourtant concentrée sur sa mission. En installant le nouveau gouvernement de transition dirigé par Mahamat Kamoun, la semaine écoulée, elle l'a rappelé aux nouveaux ministres. Il est question de poursuivre la mise en application de la feuille de route adoptée par le Conseil national de transition. Mais au regard des couacs observés depuis le forum de Brazzaville qui devait marquer une étape décisive sur le chemin de la normalisation, il y a fort à parier que les élections prévues en février 2015 ne pourront pas être organisées à temps.

©Cameroun Tribune



03/09/2014

A découvrir aussi


Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 540 autres membres