A7i

A7i

Centrafrique : élaboration d’un plan d’urgence de sortie de crise entre Séléka et Anti-balaka

"C’est la RCA qui a été mise sur la table et tout le débat était focalisé sur l’intérêt national", a déclaré Béni Kouyaté, médiateur.

 [Par Sylvestre krock|Mis à jour|27/06/2014]

 SELEBAL.png

 

Anti-balaka et Séléka ont convenu d’un plan d’urgence de sortie de crise, jeudi, à l’issue du troisième round de la médiation conduite par l’ONG Pareto.

Néris Massi chargé des relations avec les ONG et les organisations internationales et porte-parole de la coordination politique provisoire de la Séléka et Moustapha Saboun Secrétaire général de ladite coordination ont conduit la délégation de l’ex-Séléka ; tandis que du côté Anti-balaka, la délégation a été conduite par Alfred Ngaya Le Grand, membre du bureau de la coordination du mouvement.

« Il était question de nous rencontrer en comité mixte de réflexion sur l’élaboration d’un plan d’urgence de sortie de crise. Ce qui a été fait », a indiqué à l’issue de la rencontre Béni Kouyaté, médiateur national qui conduit les pourparlers.« C’est la RCA qui a été mise sur la table et tout le débat était focalisé sur l’intérêt national. », a-t-il ajouté.

Selon Kouyaté  les débats ont été houleux car le plan élaboré  impliquait notamment « la reconnaissance mutuelle des responsabilités de chaque partie dans la crise, la prédisposition des participants  à se demander pardon, à demander pardon au peuple centrafricain, au continent africain et à l’humanité toute entière ainsi que  l’organisation très prochainement d’une campagne de sensibilisation pour la paix et la réconciliation qui sera menée par les deux parties ».

Interrogé sur la sincérité des deux parties vis- à-vis des engagements pris lors de cette médiation le médiateur a indiqué que « des généraux ont coulé des larmes ici autour de la table lorsqu’ils se sont retrouvés face à face car ils se sont faits du mal mutuellement alors qu’ils ont grandi ensemble .C’est pour cela que je crois que les bases de la réconciliation et de la reconstruction d’une nouvelle Centrafrique ont été jetées aujourd’hui ».

Les deux premier rounds de cette médiation conduite par l’ONG Pareto (Paix réconciliation et tolérance) ont permis notamment des poignées de main historiques entre les leaders des deux camps.

La Centrafrique est en proie depuis 2012 à un conflit  intercommunautaire opposant milices chrétiennes(les Antibalaka) et musulmanes(Les séléka) qui a plongé le pays dans un cercle infernal de représailles acculant  les habitants, essentiellement de confession musulmane, à fuir leurs  quartiers vers des villes avoisinantes ou vers les pays limitrophes.

 

©AA



27/06/2014

A découvrir aussi


Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 540 autres membres