A7i

A7i

Vers une Constitution pour ”la fédération politique” d’Afrique de l’Est

Les chefs d’Etat et de gouvernement des cinq pays membres de la Communauté d’Afrique de l’Est (EAC)ont donné instruction mercredi à leurs ministres concernés ”d’initier le processus de rédaction d’une constitution” en vue d’une”fédération politique”.

 afr2.png

 [La rédaction|Mise à jour|01-05-2014]-Selon un communiqué publié à l’issue d’un sommet extraordinaire tenu au siège de la Communauté à Arusha, en Tanzanie, ils ont instruit les ministres ‘’d’initier le processus de rédaction d’une constitution pour la fédération politique et préparer une feuille de route des étapes de ce processus constitutionnel”.

Le texte en anglais est signé par le président du Kenya Uhuru Kenyatta, celui de l’Ouganda Yoweri Museveni, leur homologue de la Tanzanie Jakaya Kikwete, le premier vice-président du Burundi Prosper Bazombanza et le Premier ministre rwandais Pierre-Damien Habumuremyi .

Dans leur communiqué, ils demandent également à la conférence ministérielle de faire ‘’une évaluation globale” de la mise en application des protocoles sur l’union douanière, sur le marché commun.

Les rapports demandés seront examinés par le prochain sommet qui se tiendra en novembre.

Outre une union douanière mise en place en 2005, l’EAC a lancé en juillet 2010 un marché commun dont la mise en œuvre reste lente. L’organisation envisage également une union monétaire et rêve à une fédération politique.

Mais l’axe Nairobi-Kampala-Kigali, favorable à une accélération du processus d’intégration, s’est souvent heurté aux réticences de la Tanzanie.

Fondée en 1967 par le Kenya, l’Ouganda et la Tanzanie, dissoute dix ans plus tard, l’EAC a été relancée fin 1999. Rwanda et Burundi l’ont rejointe en 2007.

La Tanzanie est également membre de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC), à laquelle appartient aussi la République démocratique du Congo (RDC) et avec laquelle l’EAC est en concurrence.

Les relations entre le Rwanda et la Tanzanie se sont sévèrement détériorées depuis mai 2014, après des déclarations de M. Kikwete qui ont irrité Kigali au sujet de rebelles rwandais basés en RDC.

Par ailleurs, un contingent tanzanien fait partie de la force de l’ONU en RDC dont l’intervention a été déterminante dans la mise en déroute en novembre dernier de la rébellion congolaise du M 23, que Kigali était accusé de soutenir.

Le Rwanda a toujours catégoriquement démenti.

 

©Apa

 



01/05/2014

A découvrir aussi


Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 540 autres membres