A7i

A7i

Centrafrique :Plaidoyer pour le financement du plan d’urgence de réconciliation nationale

montainge.jpg Le ministre de la communication et réconciliation nationale, Antoinette Montaigne Moussa

 

[ Mise à jour|22/05/2014]-Le ministre de la communication et réconciliation nationale, Antoinette Montaigne Moussa, a plaidé, mercredi à Bangui, pour le financement par la communauté internationale des programmes prioritaires du plan d’action d’urgence de la réconciliation nationale en Centrafrique, estimant que cela permettra le retour des personnes déplacées internes et des réfugiés pour une coexistence pacifique dans le pays.
Montaigne Moussa qui présentait au corps diplomatique accrédité en Centrafrique le plan d’action d’urgence, a rappelé que celui-ci est tiré de la stratégie globale de réconciliation en Centrafrique et est axé sur quatre piliers d’activités.

Ces piliers sont relatifs à la dissémination des messages politiques sur les questions sécuritaires, d’impunité, de paix et de réconciliation, la poursuite et l’intensification du dialogue avec des groupes armés et leurs dirigeants, la transformation des dynamiques intergroupes dans des zones prioritaires et l’engagement immédiat de dialogue direct avec les déplacés et réfugiés.

Ce plan d’urgence démarrera si tout va bien au mois de juin pour s’achever en décembre prochain.

Le but de la rencontre avec les diplomates était, selon le ministre, de susciter l’appropriation et l’adhésion de la communauté internationale aux stratégies pour le retour de la cohésion sociale mises en place par le gouvernement de transition et en même temps solliciter de ces partenaires techniques et financiers leurs contributions respectives.

‘’Que vraiment tous vos collègues du gouvernement puissent être imprégnés, adhérer et puissent avec vous conduire des cations qui ont été ciblées dans ce plan », a recommandé, le général Babacar Gaye de la Minusca, ajoutant qu’une programmation trimestrielle pour replacer chaque action dans son contexte et son suivi seront un atout pour le gouvernement.

 »J’ai vu que la plupart des partenaires ont été cités. Mais le Forum des Ambassadeurs Africains qui a été associé à pas mal d’initiative n’y figure pas. Avec la permission de mes collègues, je propose que le forum soit aussi cité », a fait observer l’ambassadeur de Maroc.

Appréciant à sa juste valeur les contributions des uns et des autres, Antoinette Montaigne a affirmé :  »le moment est urgent, il est nécessaire que nous puissions lancer quelque chose et les proposer avec observation ».*

©APA

 



22/05/2014

A découvrir aussi


Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 540 autres membres