A7i

A7i

En Afrique, “le Coran a remplacé le Capital de Marx” (Odon Vallet)

e la Centrafrique au Nigeria en passant par le Soudan, de nombreux pays d'Afrique sont aujourd'hui les théâtres de violents affrontements entre chrétiens et musulmans. Pour Odon Vallet, enseignant et auteur de nombreux livres consacrés aux religions dont le "Petit Lexique des guerres de religion d’hier et d’aujourd’hui" (Albin Michel, 2004), ces tensions s'accompagnent d'une radicalisation de l'islam sur fond d'inégalités sociales explosives. Entretien :

  musul.jpg

Laurence D'Hondt : Les foyers de tension entre l’islam et le christianisme se multiplient dans plusieurs pays africains. Quelles en sont les raisons selon vous ? Y a-t-il des similitudes entre les conflits au Soudan, en Centrafrique ou au Nigeria ?

 

Odon Vallet: Les relations avec l’islam radical se sont durcies sous l’effet de plusieurs facteurs : le problème persistant entre Israël et la Palestine depuis la seconde Intifada, l’aggravation des relations entre l’islam et l’Occident depuis les invasions américaines en Irak et en Afghanistan et l’intervention occidentale en Libye qui a donné l’occasion aux djihadistes de descendre vers les zones situées au sud du Sahara. Cet islam radical affecte aujourd’hui la stabilité des pays qui vont d’est en ouest du continent africain, soit de la Somalie au Nigeria, et agite certaines régions d’Afrique centrale. Il touche des pays qui ont un passé colonial aussi bien francophone qu’anglophone. Cette zone du monde est particulièrement affectée par la pauvreté. Le Coran y remplace désormais le Capital  de Marx comme livre de chevet des damnés de la terre, qui ne voient plus de moyens de s’en sortir que par la violence.

 

L.D.H : Cette progression de l’islam est-elle facilitée par un affaiblissement des États africains, mais aussi de la tradition syncrétique ?

 

O.V. : Les pays occidentaux misent sur la démocratisation. Mais ces politiques de démocratisation n’engendrent aucune amélioration du niveau de vie, qui est l’essentiel de ce que les populations africaines espèrent aujourd’hui. Les religions, non fondées sur la démocratie, deviennent dans ce cadre l’ultime refuge des pauvres qui ne croient plus au verdict des urnes. Par ailleurs, il est certain que les religions animistes sont en plein recul face à la progression conjointe de l’islam et des courants évangélistes. Elles le sont parce qu’elles sont transmises par voie orale et qu’elles sont locales. Dans le monde actuel, l’Évangile ou le Coran incarnent la possibilité d’une diffusion par l’écrit qui est plus large et plus universel.

 

L.D.H : Quelle attitude adoptent les Églises face à ces tensions ?

 

O.V. : Le christianisme n’est pas unifié dans ces régions. Il y a l’Église catholique, généralement présente dans les anciennes colonies francophones, l’Église protestante présente dans les pays anglophones, une multitude de courants évangélistes présents partout, sans parler de l’Église orthodoxe implantée en Éthiopie. Officiellement, les autorités chrétiennes se déclarent toujours en faveur de la paix et de la réconciliation. Mais dans différents pays comme le Nigeria ou la Centrafrique, certaines Églises ont accompagné des mouvements de défense violents. Le christianisme n’est plus l’agneau et l’islam le loup. En Centrafrique les bras armés sont catholiques, au Nigeria, ils sont protestants. Ce sont des mouvements d’autodéfense qui peuvent se transformer en mouvements d’attaque. Les chrétiens ont le sentiment que l’État ne les défend plus. Ils en reviennent donc à une justice privée, celle qui a précédé l’établissement d’une justice d’État.

 

L.D.H : Les tensions interreligieuses actuelles n’ont-elles pas aussi pour origine l’intervention d’acteurs étrangers qui règlent leur conflit en terre africaine (les États-Unis versus le monde musulman)?

 

O.V. :  Les conflits précèdent l’intervention des puissances étrangères. C’est le cas au Mali, mais aussi en Centrafrique. En revanche, ces interventions peuvent encourager la violence religieuse, comme c’est le cas en Centrafrique depuis l’arrivée des troupes françaises, qui a été perçue comme un soutien aux chrétiens contre les musulmans. De leurs côtés, les États-Unis ont longtemps été absents d’Afrique mais, depuis quelques années, ils interviennent économiquement compte tenu de l’importance des réserves africaines dans le domaine des matières premières, qu’ils ne veulent pas laisser à la Chine. Les États-Unis ont par ailleurs intensifié leur présence militaire, mais ils répugnent à une intervention militaire visible et directe en raison des mauvais souvenirs laissés en Somalie et de leur expérience récente en Irak et en Afghanistan. Ils préfèrent appuyer les militaires français ou les forces internationales.

 

L.D.H : Vous revenez du Bénin. Il semble que chrétiens et musulmans y vivent de manière pacifique. D’autres pays connaissent une cohabitation sereine : la Tanzanie, le Burkina Faso… Quel est le secret de cette réussite ?

 

O.V. : Pour l’instant, le Bénin est un modèle de tolérance avec certaines nuances : l’Église céleste est assez radicale, et l’islam pratiqué au nord du pays est moins tolérant que celui pratiqué au sud. Le Bénin a par ailleurs développé une culture pluraliste pour le meilleur –l’instauration d’une réelle démocratie – et pour le pire – l’éparpillement des partis qui engendre un certain immobilisme. Au-delà de ce cas, il me semble qu’un des éléments déterminants pour que la tolérance soit pratiquée est d’avoir un bon niveau social et éducatif. Les pays qui ont sombré dans des conflits interreligieux ont d’abord sombré à d’autres niveaux : faillite des pouvoirs publics comme en Centrafrique, mauvaise redistribution des richesses économiques et des ressources naturelles comme au Soudan ou au Nigeria. La lecture religieuse des conflits est une tentation facile à laquelle certains cèdent parce que cela sert des intérêts hégémoniques. Si l’on prend le cas du Bénin, l’un des secrets de l’actuelle cohabitation pacifique est que le pays est peu convoité sur le plan des ressources naturelles et qu’il n’a pas de conflit frontalier. Les raisons de cette cohabitation pacifique ne sont donc pas à trouver dans les religions en présence, pas plus que les raisons de certaines guerres en Afrique ne sont à trouver dans ces mêmes religions.

 

Propos recueillis par

Mis à jour, le

 

 

©

 



05/06/2014

A découvrir aussi


Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 540 autres membres