A7i

A7i

David Icke explique la conspiration en Afrique

"Dans ces pays la un génocide ce n'est pas très important" François Mitterrand

se1.pngse2.png

La destruction de l'Afrique peut être décrite en trois phases distinctes. En premier lieu il y eut l'invasion et la prise de contrôle en catimini du continent par les branches de la Noblesse occulte d'Europe: les anglais, les hollandais, les belges, les allemands, les portugais et les français. Vint ensuite une phase de transition, de la gouvernance coloniale (au moyen de l'occupation physique) à la gouvernance au moyen de l'occupation financière, par le biais de présidents et de premiers ministres corrompus, imposes par la Fraternité. Quiconque ne joue pas le jeu est retire de la circulation par le meurtre, le scandale ou un coup d’état. Les visages changent, mais les maitres restent les mêmes. La Rhodésie devint le Zimbabwe sous la manipulation britannique tels que Margaret Thatcher et Lord Carrington. Toutefois, il ne s'est agi que du remplacement de la dictature blanche de Ian Smith par la dictature de Robert Mugabe. La vie des africains n'a pas changée parce que les mêmes personnes contrôlent toujours la situation. Il est cependant plus difficile de les identifier parce qu’ils œuvrent derrière la scène. La troisième phase de cette opération en Afrique consiste à transformer le continent en un bain de sang qui détruira toute société cohérente et justifiera l'imposition des règlements de l'OTAN et des forces de maintien de la paix des Nations Unis. L'environnement sert de prétexte pour y voler davantage de terres, et les crises découlant des dettes nationales sont résolues par les banques de la Fraternité qui proposent d'effacer les dettes en échange de droits illimites sur les ressources minérales. Les massacres à grande échelle qui sont accomplis en Algérie, au Rwanda et au Burundi ne sont pas des événements fortuits. Ils ont été organises dans leurs moindres détails, tout comme l'ont été les conflits et les génocides de l'ancienne Yougoslavie, de l'Afghanistan, du Cambodge, du Laos, de Sri Lanka etc.


Les réserves fauniques et les parc nationaux comptent pour plus de 800% du territoire de l'Afrique subsaharienne et pour 40% de la Tanzanie. Dans le sous sol de ces territoires
gisent de fantastiques reserves de matières minérales et, dans certains cas, des réserves d'uranium encore inexploitées. Les parcs sont souvent situes en des endroits stratégiques ou se chevauchent les frontières, ce qui permet a leurs administrateurs d'en refuser l'accès a qui ils jugent bon. Et pour qui sont ces administrateurs. Des agences comme le Fonds mondial pour la nature (FMN) du prince Philip et d'autres organismes de la Fraternité, dont l'Union mondiale pour la nature, l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD). Pour ce faire, ils emploient du personnel de l'armée et des services secrets, faisant peu de cas de la souveraineté des nations africaines.


L'Opération Stronghold et l'Opération Lock en sont deux exemples defoutants. Stronghold était censé appuyer le ministère des Parc nationaux et de l'aménagement de la faune du Zimbabwe dans le but de sauver 700 rhinocéros noirs dans la vallée de Zambèze. Cependant, le chef des gardes chasse, Glen Tatham et son personnel, tuaient simplement les braconniers sans leur servir un avertissement. Des chiffres officiels démontrent qu'entrent juillet 1984 et septembre 1991, 145 braconniers furent tues, la majorité à partir d'un hélicoptère subventionne par le FMN du prince Philip et pilote par des sous traitants. Cependant, si l'on s'intéresse de plus près à la chose, on découvre qu'une importante majorité de ceux qui furent tues n'étaient pas armes! Pourquoi aucune poursuite ne fut elle intensee? Parce que lorsque la vérité éclata, une mesure législative dite Loi sur la conservation de la faune fut votée de toute urgence par le Parlement du Zimbabwe, dans laquelle on garantissait aux gardes chasse du parc l'immunité contre toute poursuite. Désormais, le FMN pouvait tuer dans les réserves qui il voulait et quand il le voulait. Dans le cadre de l'Opération Lock, le FMN déploya un escadron d'élite, compose d'hommes du SAS, pour neutraliser les cartels qui passaient en contrebande les animaux sauvages et leurs produits dérives. Il apparait que les gens du SAS faisaient eux mêmes la contrebande de l'ivoire et de cornes de rhinocéros. Les africains savent depuis longtemps que les principaux tueurs de la vie sauvage dans les parcs sont souvent ceux la même qui sont censés la protéger.


Le scandale de l'Opération Lock éclata à la fin de 1989 et au début de 1990. Il importe de souligner que, pareillement à l'Opération Stronghold, l'arrivée des SAS coïncide avec l'augmentation rapide du nombre de morts parmi les braconniers. Cela n'est guère étonnant, étant donné que l'entrainement des escadrons d'élite tels que le SAS, le régiment des parachutistes, les Bérets verts, la Force Delta etc. est conçu pour former des psychopathes de première clase. L'organisation de l'Opération Lock du FMN fut confiée au colonel David Stirling, le fondateur du SAS durant la Seconde Guerre mondiale. Il forma une compagnie pour l'opération qu'il nomma KAS Entreprise, un nom inspire par son secrétariat au sein de la Capricorn Africa Society (CAS) qui, selon les propres mots du gouverneur du Kenya, Sir Philip Ker, fut crée "pour conserver le gâteau de l'apartheid sous une glace de sucre". Le trésorier de la CAS, Mervyn Cowrie, fut l'homme derrière le système établi pour le parc national kenyan, conjointement avec Elspeth Huxley, l'inspiration derrière l'Union internationale pour la préservation de la nature, les architectes de la biodiversité, et l'acte constitutif de cette organisation par le ministère britannique des Affaires étrangères. Ce labyrinthe n'est il pas incroyable?


La reine et le prince Philip savaient ce que l'équipe d'assaut du SAS allait faire dans le cadre de l'Opération Lock. L'officier opérationnel qui dirigea le SAS et l'Opération Lock fut le lieutenant colonel Ian Crooke, qui se trouvait parmi les cagoulards sur le balcon de l'ambassade d'Iran a Londres lorsque l'équipe du SAS envahit les lieux en trombe, en mai 1980, devant des millions de gens qui observaient la scène en direct a la télévision. Ce sont des gens comme lui qui furent employés par le prince Philip et le FMN pour protéger la vie sauvage en Afrique!. Ils étaient la pour transformer l'Afrique en un bain de sang. Les parcs nationaux sont utilises comme planques par les terroristes sponsorises par la Fraternité et les Windsor, qui sont responsables de la majorité des génocides en Afrique. Près de 20% du Rwanda sont couvets de réserves. L'invasion du Rwanda en 1990 par le soi disant Front patriotique rwandais (FPR) se déroula dans les parcs Gorilla et Akagera, situes en Ouganda a la frontière entre le Rwanda et le Zaïre, et le parc volcan situe au Rwanda.


Le FPR (une organisation terroriste contrôlée par les britanniques) avait aussi des bases militaires dans certaines zones du parc Virunga au Zaïre. Quelques mois avant ces événements, on mit en place un programme de protection des gorilles dans les parcs Virunga, Gorilla et Vilcan, lequel était administre par le FMN. En 1994, le FPR envahit le Rwanda, par le par Akagera, dans le but de déclencher un conflit qui a tue, jusqu'a maintenant, au delà d'un million de personnes. Il semble que la violence ait éclate peu après une mission diplomatique de Henry Kissinger et Lord Carrington au Rwanda, et elle suivit la vente d'armes a ce pays par le gouvernement israélien alors dirige par Yitzahk Rabin . La vérité est que cette invasion ne fut pas du tout le fait du FPR. Presque chaque membre de ce froupe était un soldat de l'Armée de résistance nationale (ARN) du président ougandais Museveni. Ce sont les mêmes personnes qui dirigent le FPR et l'ARN! David Tinyefuzan, du FPR, était ministre de la Défense de l'Ouganda, tandis que Paul Kagame, le ministre de la Defense du Rwanda sous le FPR, était le chef du service d'espionnage et du contre espionnage de l'armée ougandaise: quant à Chris Bunyenyezi, du FPR, il était l'ancien commandant de la 306° Brigade meurtrière de l'armée ougandaise. Cette même équipe commandée par Museveni, fut impliquée en 1993 dans la tentative de coupe d'Etat au Burundi lors duquel le président Melchior Ndadaye dut assassine et qui couta la vie a près de 100 000 personnes.


Cette politique mise en œuvre en Afrique et en Amérique Centrale et du Sud vise à réduire la population de ceux que Henry Kissinger appelle les bouches inutiles. Le génocide en Afrique est coordonne, en grande partie, a parti de l'Ouganda qui a été longtemps sous le contrôle de cartels bancaires, économiques et d'agence d'espionnage a la solde des Windsor et de la Noblesse occulte. La ministre britannique du Développement outre merci sous Margaret Thatcher, Lynda Chalker, eut plusieurs rencontres avec Museveni et ses fonctionnaires. A la fin du mandant présidentiel de Nelson Mandela, l'Afrique du Sud deviendra une cible de premier choix pour ceux qui s'activent à monter les noirs contre leurs frères dans le but de justifier l'intervention de la force de paix des blancs. Son successeur, thabo Mbeki, est un clone de la Fraternité. Jusqu'a présent, nous n'avons assiste qu'aux balbutiements des problèmes sur le continent africain: il est grand temps que les africains ouvrent les yeux!

Parmi les sociétés qui constituent le réseau des Windsor, on retrouve la Sandline Ltd.
La Sandline fut derrière le coup d'Etat en Sierra Leone qui bouta un gouvernement légitimement élu, peu de temps après que ce dernier eut annule un contrat annuel de 20 millions $ US le liant a cette dernière. Ceci donna lieu à une enquête sur les ventes illégales d'armes en Sierra Leone, a la demande des fournisseurs britanniques, enquête qui fut menée par l'entremise du reseau de la Sandline. Une dette de quelques 16 millions $ US, que devait le gouvernement de la Sierra Leone a Sandline avant le coup d'Etat, dut remboursées par des concessions de diamants aux assureurs londoniens de l'exécutive Outcomes, la branche Energy. Cette firme appartient à Tony Buckingham de la Sandline International, un ancien membre du SAS. Ce dernier avait conclu le même marche en Angola, soit des diamants contre la menace de mercenaires, et il inonda le marche boursier de Vancouver de ces concessions par l'entremise d'une société portant le nom de Diamon Works.


Une autre société dont je dois parler, par rapport à la manipulation de l'Afrique et des Amériques, est Transparency International qui appartient à la Fondation des mandataires de la Couronne et dont le directeur administratif de la Fondation siège à son comite de direction. On se sert de la Transparency International pour déstabiliser les gouvernements, sou seul prétexte de dévoiler la corruption.


Ces entreprises de securité qui sont inter reliées et qui opèrent a l'échelle mondiale constituent l'armée privée des Windsor et de la Noblesse occulte de Londres. Vous désirez fomenter des troubles en Afrique pour faire avancer votre plan? Pas de problème. Ou aimeriez vous que cela se produise? Au Rwanda. En Algérie? Au Congo? En Amérique du Sud? Ou cela ferait il votre affaire? En Bolivie? Au Pérou? Ces entreprises font partie d'un reseau développé pour fomenter des coups d'Etat à l'échelle mondiale.

 
Cependant, plusieurs sont d'avis que cette idée de groupe occultes manipulant le cours des choses à partir de l'ombre est pure invention d'un cerveau d'un paranoïaque. En fait, l'évidence de cette réalité et de l'implication des Windsor, est écrasante.



@Le plus grand secret Tome 2



15/05/2014

A découvrir aussi


Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 540 autres membres