A7i

A7i

Centrafrique: première visite du Premier ministre dans le quartier musulman de PK5 de Bangui

 La visite du Premier ministre centrafricain dans le principal quartier musulman intervient la veille de l’amorçage de la campagne de désarmement volontaire.

PM1.png
[ Par Sylvestre Krock |Mis à jour|08/06/14]-Le Premier ministre centrafricain André Nzapayéké a choisi de faire la veillée d’armes avant la journée fatidique du désarmement volontaire dans le 3ème arrondissement. Il s’y est rendu ce samedi et tenu une grande réunion d’échange avec les autorités locales et notables de ce fief musulman à la mairie du dit arrondissement.  

Même si le Premier ministre a tenu à l’inscrire dans une « dynamique globale de gouvernance », le choix de KM 5, le principal quartier musulman de la capitale dans le 3ème  n’est pas  fortuit. Ce quartier est le point névralgique du conflit qui oppose milices chrétiennes et musulmanes dans le pays depuis plus d’une année aprés avoir été pour des années un symbole de la cohabitation entre les deux communautés.

 « Je pense que, pour beaucoup d’entre vous, c’est pour la première fois que vous me voyez, car c’est aussi pour moi, la première fois d’arriver ici [au KM5] depuis que je suis nommé Premier ministre. Ce n’est nullement une négligence, car j’ai envoyé beaucoup de personnalités ici pour être en contact avec vous de manière permanente», s’est justifié le PM centrafricain.

 La visite du Premier ministre centrafricain dans le principal quartier musulman intervient la veille de l’amorçage de la campagne de désarmement volontaire initiée par le gouvernement de transition dans l’objectif de pacification de la capitale.

« Jusqu’à quand allons-nous continuer à nous entretuer ? Jusqu’à quand continuerons-nous à nous battre ? Pensez-vous que les armes que nous avons nous suffisent pour nous apporter la sécurité et la paix ? , s’est interrogé Nzapayéké.

« Aujourd’hui, les armes sont partout. Les enfants de 10, 15 ans détiennent des grenades par devers eux. Nous pensé que dans ce genre de crise, seuls la population, les chefs de quartiers et les maires peuvent résoudre le problème, car nous sommes en présence d’un conflit communautaire. C’est pour cela que nous avons initié la Journée nationale de désarmement volontaire, afin que tout un chacun puisse prendre conscience de se désarmer en esprit et dans son cœur », a plaidé le Premier ministre.

 « Nous sommes conscients que nous voulons tous la paix. Mais, cela n’est possible que lorsque le désarmement commence dans nos têtes », a interpellé l’Imam Abakar au cours des échanges avec le PM.

Le Pasteur Gaston Kossingou n’a pas fui le KM 5, depuis le déclenchement de la crise. Autorité religieuse chrétienne parmi les musulmans, Kossingou a  fait également part au PM centrafricain de son amertume.

« Le KM5 est le grand centre commercial de la capitale. Et si le KM 5 tombe, c’est toute l’économie du pays qui  tombe. Ici au KM 5 c’est comme une prison. Les gens ne peuvent pas sortir comme ils le veulent. Même nous qui sommes chrétiens, une fois sorti du KM 5, nous sommes traités de traitres et agressés ou menacés », a-t-il déploré.

La Centrafrique est en proie à un conflit  intercommunautaire opposant milices chrétiennes et musulmanes qui a plongé le pays dans un cercle infernal de représailles acculant les habitants, essentiellement de confession musulmane, à fuir leurs  quartiers vers des villes avoisinantes ou vers les pays limitrophes.

 

©AA



08/06/2014

A découvrir aussi


Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 540 autres membres