A7i

A7i

Centrafrique: Crise politico-militaire, le bilan lourd de la CEJP

  [ Par  Ai Bangui |Mis à jour|vendredi 10 octobre 2014]

cb6.png

Selon un bilan rendu public récemment par la Commission Episcopale justice et Paix (CEJP) en Centrafrique, environ 4000 personnes ont été victimes de diverses violences liées à la crise politico-militaire qui secoue le pays depuis le renversement de François Bozizé.

Selon la Commission, ces personnes ont été enregistrés et orientées vers des structures appropriées pour leur prise en charge. Ce bilan couvre la période allant de décembre 2013 à septembre 2014 à Bangui, la capitale et dans certaines régions touchées par les violences.

A en croire Désiré Haho, l'un des membres de la CEJP, 4007 ont été victimes de diverses sortes de violences à Bangui la capitale et en provinces. « Parmi les 2628 personnes enregistrées à Bangui seulement, les femmes sont les plus vulnérables. Parce qu'elles ont subi des violences sexuelles physiques, morales et ont été torturées », a-t-il révélé.

Toujours selon lui, en province, 1379 cas de violence de tout genre ont été enregistrés. « Le centre d'écoute de Bossangoa au nord a enregistré 1179 cas de violences liées au conflit armé. A Kaba- Bandon 80 cas ont été identifiés, à Mbaiki, 42 victimes ont été recensées, à Bangassou 92 victimes, à Bambari 23 », a dévoilé M Haho.

« La Commission n'a pas de possibilité pour donner de l'argent ou des matériels à ces personnes vulnérables, malgré que les besoins se présentent avec acuité », a pour sa part regretté Marianore Koyéma, secrétaire à la CEJP, soulignant que les victimes des violences de conflits armés de toutes les régions avaient bénéficié d'une assistance psychologique.

©Africa Info



10/10/2014

A découvrir aussi


Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 540 autres membres