A7i

A7i

Centrafrique : Chroniques douces-amères – 24

[ Par Prosper INDO |Mis à jour|7 décembre 2014 ]                           

 RHINO1.png

 

« Sans la liberté de blâmer, il n’y a point d’éloges flatteurs »(Beaumarchais)

 

L’hydre à trois têtes de l’ex-Séléka poursuit sa mue.

 ababa.png

Djono Ahaba, ancien ministre d’Etat et neveu du président démissionnaire de l’ex-alliance Séléka, Michel Djotodia, semble prendre ses distances avec son ancien tuteur. Il s’est ainsi inscrit dans la dynamique du « général » Joseph Zoundeko. Djono Ahaba aurait pris part et financé la création du Rassemblement patriotique pour la renaissance de la Centrafrique (RPRC), la troisième entité surgie de l’éclatement de l’ex-Séléka, au côté de l’UPC de Daras et du FPRC de Nourredine Adam.

L’intéressé s’était astreint au silence mais voyageait beaucoup, en particulier dans les pays supposés influencer les autorités de la transition, le Tchad d’abord, puis la France où il dispose de quelques avoirs.

 

L’ambitieux, qui aspirait à devenir le premier-ministre de l’après Djotodia, tient-il donc sa revanche ? Rien n’est moins sûr. Le serpent s’affaiblit toujours quand il fait sa mue.

 

Les satrapes et aigrefins tiennent à leurs strapontins politiques.

 

Dans l’optique du Forum de Bangui censé jeter les bases de la réconciliation nationale,  les anti-Balaka veulent devenir des acteurs politiques. L’une des composantes de ces milices s’est transformée en parti politique ce samedi 30 novembre 2014, le Parti centrafricain pour l’unité et le développement (PCUD), en élisant à sa tête l’ex-coordinateur national du mouvement, Edouard Patrice Ngaïssona. Dans la foulée, elle prétend déposer les armes : « A partir d’aujourd’hui, aucun membre des anti-Balaka ne doit faire usage de ses armes, pour quelque raison que ce soit. Nos armes doivent toutes être enterrées », a déclaré le nouvel élu devant un parterre de diplomates et de représentants du gouvernement de transition.

Une promesse qu’il faut prendre au conditionnel ; enterrer les armes ne veut point dire les remettre aux autorités de la transition.

 

Il y a un an, jour pour jour, le 5 décembre 2013, des milliers de personnes ont péri dans les violences quand les anti-Balaka ont pris les armes en septembre 2013, après les tueries, les viols et les vols commis par les forces rebelles de la Séléka alors au pouvoir.

 

L’état-major des ex-Séléka transféré à Bria, la France tient sa partition.

 seleka4.png

La décision de transférer l’état-major de l’ex-Séléka, actuellement installé à Bambari dans le cadre des mesures de confiance, aurait été prise lors de l’assemblée générale organisée par le « général » Joseph Zoundeko et qui a abouti à la création du RPRC : « C’est lors des assises que les participants ont estimé nécessaire de rassembler tous les hommes dans la ville de Bria parce que l’essentiel des combattants sont de la région », aurait indiqué un membre du commandement de cette rébellion.

En réalité, c’est depuis des mois déjà que, sur l’initiative de l’ambassade de France en RCA, il était prévu de regrouper tous les combattants de l’ex-Séléka à Bria, où la Minusca a établi sa troisième tête de pont. Une caserne a été réhabilitée pour les accueillir, et l’ambassadeur de France ainsi que le « général » Moussa Dhaffane s’étaient rendus dans la localité pour la réception des travaux.

La France tient ainsi une partition de fait du pays qui garantit ses intérêts, en particulier les réserves pétrolières et les mines des diamants du nord du pays, placées sous le contrôle des forces rebelles bénéficiaires des mesures dites de confiance.

 

Le proconsul Malinas ne peut plus jouer longtemps son Ponce-Pilate.

 

La révolte des « godillots » du CNT bloque l’adoption du code électoral.

 Ass-Nationale.jpg

Le Conseil national de transition ne cesse de renvoyer le débat sur la relecture du code électoral, dont le projet a été transmis par le gouvernement au président du CNT, après avis de la Cour constitutionnelle de transition. Par deux fois, le débat programmé a été reporté, la première fois pour absence du quorum requis, la seconde fois pour défaut de concertation.

En réalité, les Conseillers nationaux ne veulent plus jouer les « godillots » d’une chambre d’enregistrement : « Nous ne voulons plus qu’on nous mette devant des faits accomplis ou que nous validons des décisions qui au lieu d’être prises ici sont prises ailleurs et même pas en Centrafrique ». Que ne l’ont-ils dit plus tôt ?

Rappelons que les élections générales doivent se tenir avant août 2015 ; et sans code électoral, point d’élections !

 

Le CNT est comme un âne qui hésite devant un pont de singes, il faut lui bander les yeux.

 

Nourredine Adam hôte du Médiateur de la crise centrafricaine.

 nourredine.png

L’ancien numéro deux de l’ex-alliance Séléka, aujourd’hui premier vice-président du FDPC, l’un des trois groupuscules issus de l’éclatement du mouvement de Michel Djotodia, a été aperçu dans la capitale de la République du Congo. Il aurait été invité par le président Denis Sassou Nguesso pour parler du Forum de Bangui en préparation.

Après Abdoulaye Miskine, récemment libéré des geôles du Cameroun après la libération des otages de son mouvement, c’est donc au tour Nourredine Adam. Bien que menacé de sanctions par l’Onu, ce dernier était la semaine dernière au Tchad, ce lundi 2 décembre 2014, il est dans la capitale congolaise. Brazzaville n’est plus la capitale de la France Libre, mais la plaque tournante - comme on dit d’un vulgaire marché de dope - d’une Centrafrique moribonde.

 

A croire que la paix en République centrafricaine repose essentiellement sur un matelas de pétrodollars.

 

Ouverture d’une enquête envisagée en RCA par Mme Fatou Bensouda.

 cpi1.jpg

Le procureur de la Cour pénale internationale (CPI), Mme Fatou Bensouda, a rendu mardi 3 décembre 2014, son rapport annuel sur les activités menées en matière d’examens préliminaires, couvrant la période du 1er novembre 2013 au 31 octobre 2014.

Sur les onze (11) situations examinées, l’ouverture d’une enquête est envisagée en République centrafricaine.

Le rapport 2014, quatrième du genre depuis 2011, vise à mieux faire comprendre auprès de l’opinion publique le processus des examens préliminaires du bureau du procureur, lequel constitue la première étape pour l’ouverture d’une enquête : le procureur doit examiner la question de la compétence, de la recevabilité (gravité) et des intérêts de la justice, afin de déterminer s’il existe une « base raisonnable » pour ouvrir une enquête. Actuellement, huit enquêtes sont en cours en Afrique : Ouganda, RD Congo, Darfour (Soudan), RCA, Kenya, Libye, Côte d’Ivoire et Mali.

 

Un match pour le 56ème anniversaire de la proclamation de la République centrafricaine.

 

Pour célébrer le 56ème anniversaire de la proclamation de la République, ce 1er décembre 2014, ni grand défilé – il n’y a plus d’armée – ni grande kermesse ; les Banguissois et Banguissoises se sont contentés d’un match de football. Deux équipes ont été constituées : les 22 joueurs ainsi que leurs remplaçants ont été sélectionnés parmi les musulmans, les chrétiens, les éléments des forces française Sangaris, de la Minusca et d’Eufor-RCA (la force européenne). Le match qui s’est déroulé sans incident s’est soldé par un score de 3 buts à 2, sans que le nom des vainqueurs ne soit connu. Ce qui fait dire à l’un des initiateurs du projet, Sébastien Wénézoui, naguère idéologue des anti-Balaka, « Les valeurs olympiques ont joué un rôle capital » !

 

Encore un qui ne va plus au cinéma à Bangui, depuis la fermeture du Rex : sous la Rome antique déjà, on organisait des jeux du cirque où les gladiateurs jouaient avec les têtes de leurs victimes, en les faisant rouler aux pieds, au grand plaisir de César et du public.

 

L’escorte du président du CNT attaquée à Bambari, un mort.

 cntp.png

Un élément de l’escorte du président du Conseil national de la transition, Alexandre Ferdinand Guendet, a été abattu et un autre grièvement blessé par des éléments de l’ex-Séléka de Bambari. Les éléments de l’escorte du président, dépêchés dans cette localité pour préparer son arrivée en vue de la fête du 1er décembre qu’il comptait y organiser, ont été attaqués alors qu’ils réparaient leur véhicule immobilisé par une crevaison.

Les témoignages recueillis accusent les peulhs armés contrôlés par le « général » Ali Daras de l’ex-Séléka, malgré les dénégations du porte-parole de ce dernier. Pour sa part, le président du CNT a « maintenu la cérémonie parce que ce geste est un défi pour lui et pour les autorités. Il faut confondre ces fauteurs de trouble » a-t-on indiqué dans son entourage. Aux dernières nouvelles, la fête n’a pas eu lieu. Il n’appartient pas au président du CNT d’organiser les cérémonies officielles dans sa ville natale ; c’est le rôle du préfet de la Ouaka, sur instruction du gouvernement.

 

En l’occurrence, l’amateurisme, la confusion des rôles et le non-respect des règles élémentaires du protocole et de la hiérarchie administrative tuent aussi sûrement que la violence en bandes organisées.

 

La partition s’affirme dans les préfectures du nord de la RCA.

 

Les éléments des ex-Séléka refusent à ce que l’Etat puisse déployer ses représentants dans les zones sous leur contrôle, en particulier dans le Bamingui-Bangoran et la Nana-Gribizi.

A N’délé, chef-lieu du Bamingui-Bangoran, ils se sont farouchement opposés à l’installation des préfet et sous-préfet, se comportant en terroristes : le préfet du Bamingui Bangoran a été blessé par balle ainsi qu’un certain nombre de cadres administratifs et techniques qui devaient être installés ce 1er décembre 2014. Le ministre de la sécurité publique, ministre résident, qui conduisait la délégation a failli être pris en otage. A Kaga-Bandoro, les ex-Séléka n’ont pas fait usage de leurs armes mais ont empêché l’installation du préfet de région.

Le « général » Alkhatim, qui dirige les ex-Séléka dans cette zone est catégorique : « Qui ici va là-bas à Bangui pour commander ? Personne, alors pourquoi ils doivent nous amener des autorités ici ? Nous n’acceptons pas pour le moment ». Les actes posés à Ndélé et Kaga-Bandoro sont donc un signal fort envoyé aux autorités de la transition. Il s’agit d’enraciner l’idée de la partition de la RCA.

 

A vouloir jouer à la Mère supérieure d’un couvent de sœurs angéliques, le chef de l’Etat de la transition risque de se voir dicter les faits par les réalités du terrain.

 

Deux anciens cadres de l’ex-Séléka frappés par une mesure d’épuration tardive.

 

Eric Néris Massi et Moustapha Sabone, respectivement directeur général de l’Autorité nationale de l’aviation civile (ANAC) et directeur général de l’Agence de régulation des télécommunications (ART) ont été relevés de leurs fonctions par décret du chef de l’Etat de la transition. Ils avaient été nommés à ces postes par Michel Djotodia, à titre de services rendus à la rébellion, l’un comme porte-parole de l’ex-alliance, l’autre comme partenaire du président démissionnaire dans l’exploitation diamantifère.

La corruption et les malversations financières à la tête de ces deux agences motiveraient cette mesure tardive.

 

Seul le profil de leurs remplaçants respectifs pourra dire s’il s’agit d’une décision juste ou bien une mise à l’écart arbitraire pour placer des familiers de la présidence.

 

La RCA s’enfonce dans les abysses de la corruption.

 

 L’ONG Transparency International a rendu public ce mercredi 3 décembre 2014, le classement mondial de l’indice de perception de la corruption. La RCA qui figurait en 144è position en 2013, sur 174 pays étudiés, chute désormais à la 150ème place en 2014, avec une note de 24/100.

Dans ce classement, les pays qui ont une note inférieure à 50 ont un secteur public perçu comme extrêmement corrompu, et ceux qui ont une note proche de 100 ont un secteur public considéré vertueux (extrêmement intègre). L’indice de la perception de la corruption 2014 dénonce « les abus de pouvoir des responsables politiques et des hauts fonctionnaires », et une mauvaise note dénote un recours systématique à des pots-de-vin, l’absence de sanction en cas de corruption et une inéquation entre les activités de l’administration et les besoins de la population. En Afrique, le Botswana enlève la palme d’honneur avec une note de 63/100 (31ème rang). En Afrique centrale, c’est le Gabon (37/100).

 

Le classement 2014 de la RCA est sans doute l’effet collatéral du milliard de francs CFA évaporé du don angolais de 10 millions de dollars. Le chef de l’Etat de la transition ne doit pas être très fière, elle fait moins bien que ses prédécesseurs !

 

La violence indifférenciée continue à faire des morts à Kabo.

 

Les peulhs armés, communément appelés Mbararas (ou Mbororos) multiplient les exactions meurtrières et enchaînent les expéditions punitives dans l’arrière-pays, en particulier dans la localité de Kabo Au total sept personnes auraient été tuées en une semaine : quatre personnes qui étaient en train de pêcher en toute quiétude ont été abattues le vendredi 28 novembre 2014. Le lendemain, 29 novembre 2014, une autre personne isolée a été tuée par balle, dans des conditions similaires. Enfin, le mardi 2 décembre 2014, deux cultivateurs ont également été exécutés par les peulhs armés alors qu’ils étaient dans leurs champs.

Les attaques des peulhs armés deviennent un phénomène récurrent dans le nord du pays. Ces exactions se concentrent ces derniers temps autour de la ville de Kabo : « Les peulhs Mbararas savent que maintenant les gens vivent sur les sites et que pendant la journée ils sont au champs. C’est donc dans la brousse qu’ils tuent les gens et commettent impunément leurs exactions », explique-t-on sur place.

 

Les peulhs, longtemps victimes des preneurs d’otages et voleurs de bétail, seraient-ils déterminés à déterrer la hache de guerre entre éleveurs et agriculteurs ?

 

La malédiction des femmes nues du Haut-M’Bomou.

 

Zemio, localité située à l’extrême sud est de la République centrafricaine, dans la préfecture du Haut-M'Bomou, et peuplée d’environ 10 000 âmes, vient d’être le théâtre d’une manifestation symbolique forte, insolite et inhabituelle. Le samedi 22 novembre 2014, jour traditionnel de marché, les femmes de Zemio ont à leur manière fait entendre leur voix pour exiger la paix, « E yé siriri » : elles se sont dévêtues et mises nues en place publique ! Geste théâtrale et extraordinaire en Afrique noire, tant la nudité de la femme est sacrée. Son exposition volontaire est un acte de colère et de désespoir qui appelle la malédiction sur les personnes l’ayant provoqué par leur comportement insensé.

Depuis 2008, Zemio et toutes les villes du Haut-Oubangui payent un lourd tribut aux exactions des rebelles ougandais de l’Armée de Résistance du Seigneur (LRA) de Joseph Kony : meurtres, razzias, pillages, incendies, viols… Les voici désormais exposées aux violences intercommunautaires entre musulmans et chrétiens, entre Centrafricains.

 

En enlevant leur voile de pudeur, les femmes de Zemio lancent un avertissement aux hommes politiques de tous bords ; les voici maudits !

 

Ils sont déjà quarante-et-un, comme dans le conte d’Ali Baba.

 

L’institut d’études de sécurité (ISS) vient de rendre public son dernier rapport sur l’Afrique centrale consacré à la course à la présidentielle en République centrafricaine. D’après cette étude, le nombre de candidats potentiels s’élève à 42, dont au moins « huit (8) personnes ont déjà annoncé leur candidature, se sont enregistrés auprès de la Commission électorale et payé les frais requis de 5 millions de francs requis », quand bien même ni le Code électoral ni les listes n’ont été publiées. Les portraits dressés de ces candidats putatifs les distinguent en trois catégories : les chefs de partis, les indépendants et les aventuriers. Cette distinction est factice. Ils ont tous en commun, à deux ou trois cas près, d’avoir été ministres dans les derniers régimes politiques qui ont gouverné le pays.

A voir le résultat, ils n’ont aucune chance !

 

L’institut le dit plus poliment : « La liste des candidats potentiels serait plus courte si tous ceux qui ont été impliqués dans des activités criminelles étaient tenus responsables de leurs actes ». Sic transit !

 

Paris, le 05 décembre 2014

 

Prosper INDO



07/12/2014

A découvrir aussi


Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 540 autres membres