A7i

A7i

République Centrafricaine : des habitants de Bambari trouvent refuge à Bangui suite aux évènements de la Cathédrale Saint Joseph

 [La rédaction|Mis à jour|17 juillet 2014]

 BAMBARI15.png

Une importante vague des personnes déplacées de Bambari sont arrivées à Bangui suite aux événements du 23 juin dernier. Certains sont venus individuellement et d’autres ont fait un déplacement de groupe.

L’Eglise ANEB de Gobongo est l’un des principaux endroits où les déplacés de Bambari sont dirigés à leur arrivée. Aussitôt après, la majorité d’entre eux sont récupérés par leurs parents de Bangui. Pasteur Kossi Gilbert, de l’Eglise ANEB de Gobongo décrit la dernière vague enregistrée au début de cette semaine. «C’est à 15h de l’après midi de mardi dernier qu’on a enregistré le plus grand effectif. Ils étaient à bord de quatre camions-conteneurs. Je peux estimer entre 300 et 400 le nombre de ces déplacés venus de Bambari. Les conditions dans lesquelles ils sont transportés sont déplorables. Voyez-vous, les conteneurs sont faits pour les marchandises mais ils ont été utilisés pour transportes des humains.» a-t-il déploré.

«Il y a plus d’hommes que de femmes par ce que les hommes seraient très sollicités par les partis en conflit. On pouvait voir des enfants, des femmes et des bébés, de tout âge », a-t-il souligné.

Quelques déplacés interrogés par le RJDH parlent de dures conditions de sécurité auxquelles ils doivent faire face à Bambari depuis la flambée de la violence dans la localité. Pour Baudouin, blessé à la tête et au dos suite à l’attaque de l’évêché, c’est la même attaque qui l’a contraint à se servir des conteneurs des militaires de la Misca qui revenaient d’une mission d’approvisionnement de leurs soldats, pour descendre sur Bangui.

«On a force la main à la Misca pour nous transporter jusqu'à Bangui. Il y a beaucoup de tueries et d’exactions à Bambari. Ce n’est pas facile de supporter cela, il nous fallait quitter les lieux».

Baudouin trouve que les conditions de vie à Bangui ne sont pas aussi meilleures pour lui. «Je suis accueilli par un parent et suis actuellement sous sérum. Les conditions de vie ici ne sont pas aussi faciles. Je demande aux autorités de la place de nous trouver une solution ».

Un autre déplacé arrivé à Bangui avec toute sa famille, pointe du doigt l’insécurité généralisée dans sa localité et plaide pour que la paix revienne afin qu’il regagne sa ville d’antan. «Ma famille et moi avons quitté Bambari pour Bangui afin d’échapper à la violence et à l’insécurité. Nous sommes à Bangui pour un petit moment, le temps que les choses rentrent dans la normale. Nous ne sommes pas venus à bords des conteneurs mais nous avons payé un autre véhicule qui nous a amenés » a-t-il confié au RJDH. Il est pour le moment hébergé avec sa famille chez un parent mais il ne sait pas comment la nourrir.

Depuis le début de la crise centrafricaine, c’est la première fois que les populations d’une localité arrivent en masse dans la capitale.

 

© rjdhrca



17/07/2014

A découvrir aussi


Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 540 autres membres