A7i

A7i

République Centrafricaine : appel à la construction d’un site d’échanges de la diaspora centrafricaine

 DRP8.png

 

Chers compatriotes et amis,

Nous avons commencé à communiquer il y a peu sur la préparation de notre forum. Elle nécessite une grande préparation,  une concertation régulière de notre communauté.

Les premières publications à cet effet ont suscité beaucoup engouements. Que ce soit au pays  ou dans d’autres régions de la planète ou il y a une forte communauté centrafricaine, des messages d’encouragements nous ont été adressés pour soutenir l’initiative en souhaitant qu’elle se concrétise véritablement et contribue à raffermir notre unité partout où cela peut se faire.

La communication est un des axes majeurs de notre organisation pour véhiculer nos idées et projets, il nous faut les structurer à travers un site  pour faciliter les échanges et faire connaître les actions et contributions de notre communauté partout où elle se trouve.

C’est le travail de tout un chacun, comme vous le verrez dans la suite de cette publication, nos actions doivent être connues et encouragées. Nous demandons à ceux de nos compatriotes qui peuvent de proposer un site de la diaspora émergente de Centrafrique pour faciliter nos contacts. Nous pouvons en discuter des modalités et surtout trouver un webmaster pour sa gestion.

Des compatriotes d’horizons divers qu’on ne pouvait imaginer tels Cuba, la Chine en passant par la Côte d’ivoire etc. tous apportent des témoignages de leurs vécus en prônant  une grande association de la diaspora centrafricaine  au service de notre pays dépassant les clivages quels qu’ils soient.

Nous vous reproduisons ici quelques réactions et contributions que nous avons reçue en attendant la gestion ultérieure des échanges à travers un site de la diaspora:

D’un compatriote de Cuba

Au fait, en lisant les  infos, j´ai pris connaissance du grand prochain Forum  que la Diaspora entend tenir pour faciliter la feuille de route de la  reconstruction, tous les points m´ont touché, mais particulièrement la  section Sanitaire, parce que comme personnel de  santé, en  formation, j´aimerai bel et bien  que notre pays ait déjà une équilibre et apport consistant en domaine de santé, qui  constitue la base du  développement, puisque sans la santé, personne ni aucune institution ne peut  fonctionner ! Je suis Médecin de formation, en 1ere année de spécialité générale, au sein de la République Socialiste de Cuba et Représentant de la Fédération Centrafricaine vivante ici présente, avec 9 intégrants, tous étudiants en Médecine. J´ai 24ans et ne  milite dans aucun parti politique, sinon toujours une pensée de contribuer aux efforts qui pourront apporter un soulagement au  peuple Centrafricain de tous les 4 coins des 623.800km2 que nous possédons.  Mon souci est de  participer a ce prochain Forum avec mes suggestions sur  tous les points établis, dommage que jusqu´ici à l´heure ou vous êtes entrain de me  lire, je ne possède encore aucun moyen pour y participer  ni  l´invitation ni toutes les infos  complètes et correctes, juste limités a ce que j´ai du lire ! Raison pour  laquelle, maintenant je compte vous contactez, de bien  vouloir  prendre note de la préoccupation de  l´ensemble des Centrafricains  résidents à Cuba, la question d´intégration a la Diaspora et nous faciliter  aussi d´émettre nos projets au  profit de nos frères.La question n´est pas  l´effectif, sinon la qualité, les idées, les projets et apports... que la Fédération centrafricaine de Cuba entend contribuer.Vous trouverez ci-joint notre Logotype en Español, puisque ici nous parlons> et étudions en cette langue. Pour cet effet, veuillez m´excuser  si mon français vous parait un peut  tortueux.  Fraternellement 

Réponse

Cher compatriote- Quel plaisir me procure la lecture de ton mail, c'est des expériences comme le tien et aussi dans de domaine divers dont notre pays a besoin que nous fondons notre démarche d'organisation d'une diaspora au service de notre pays transcendant tous les clivages possibles. Les régimes passent, le pays demeure, la diaspora demeure. Notre action s'inscrit dans la durée, à nous de nous organiser pour cela. Un site sera mis en place bientôt pour recenser les compétences de la diaspora à travers le monde dans tous les domaines possibles. Je reviendrais vers toi prochainement pour plus d'échange. Cordialement

D’un compatriote de Côte d’Ivoire

Bonjour-C'est avec beaucoup d'intérêt que j'ai votre article sur le Forum de la Diaspora. Je suis le président de la diaspora centrafricaine en Cote d'Ivoire. Je loue votre initiative et je vous propose de pouvoir vous mettre en contact avec les différentes diasporas à travers le monde pour créer une synergie autour des différents thématiques que vous aviez évoqué pour qu'ensemble nous  puissions chercher à prendre une part active dans la résolution de la crise dans notre pays. Je reste à l'écoute pour qu'on puisse  approfondir l'idée. Je vous remercie et à  bientôt.
Bonjour  Benjamin- Merci de ton mail. Je vais essayer de t'avoir au téléphone d'ici peu pour qu'on échange de vives voix. Comme  tu peux le constater, il y a beaucoup à faire au niveau de notre diaspora. Pourvu qu'on soit  organisé. Si on ne cherche pas à s'imposer sur le terrain par nos idées, personne ne viendra vers nous. Si  ton concours permet d'organiser la diaspora centrafricaine un peu partout, c'est cela le but recherché. On discutera des modalités. A bientôt donc. Cordialement

 D’un compatriote ancien Ministre au pays,

 

Salut Bertrand -J'ai lu avec grand intérêt ta réflexion sur la rencontre prochaine de la diaspora, je me permets de t'envoyer en pj un document que les togolais ont pu obtenir suite aux assises de leur diaspora . Au plaisir
Togo: le pays désormais ouvert sans visa aux membres de la diaspora  Par RFI
La diaspora togolaise, estimée à environ 1,5 million de personnes, est encouragée par son gouvernement à rentrer plus souvent. Pour aller plus vite, les Togolais de l’étranger pourront désormais rentrer au pays sans visa. Pour rentrer désormais au pays à partir du 21 juillet prochain, les Togolais qui disposent d’un autre passeport que le leur n’auront plus besoin d’un visa à la frontière. Ils n’auront qu’à présenter leur passeport obtenu dans le pays d’accueil, accompagné soit d’un passeport togolais en cours de validité, ou d’une carte nationale d’identité. Les postulants peuvent aussi présenter une carte consulaire dûment délivrée par un consulat du Togo ou tout autre document pouvant attester leur origine togolaise. Le communiqué, conjointement signé par le ministre des Affaires étrangères et celui de la Sécurité, précise que la mesure ne concerne pas ceux de la diaspora qui, disposant d’une autre nationalité, ont légalement renoncé à leur nationalité togolaise. Selon les services du ministre togolais des Affaires étrangères, cette décision s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des recommandations des assises de la diaspora tenues fin 2013 et début 2014 à Paris, Montréal et Lomé. Cette diaspora a transféré au Togo selon les chiffres de la Banque centrale de l’Afrique de l’Ouest, près de 187 milliards de francs CFA en 2013. Cela représente à peu près 10% du PIB national, soit 15 milliards de recette fiscale. C'est-à-dire trois fois le montant total de l’appui des partenaires techniques au développement.


Echange avec un élu centrafricain Conseiller municipal en France

 

Cher compatriote - Je t'envoie la publication dont on a parlé sur les préparatifs du forum de la diaspora, peut être que tu l'as déjà lue ailleurs. Cordialement
Réponse : Bonne réception. Je propose que tu envoies aussi le document à tous les élus et anciens élus d'origine Centrafricaine. Nous apporterons notre contribution à l'initiative.
Réponse : Merci mon frère de ta proposition. Seulement je n'ai pas leurs coordonnées.  Avez vous une association qui vous unis? Si ce n'est pas le cas, c'est l'occasion de créer votre propre organisation dans le cadre de la préparation de ce forum.
Réponse :L'association existe. Nous allons recenser les nouveaux élus 2014 en vue de mettre en place un bureau. Je te communiquerai les contacts dont je dispose en ce moment.Cordialement

Réaction d’un compatriote  vivant à l’étranger:

 Cher compatriote - Je suis ravi de prendre connaissance de l'initiative qui  consiste à remobiliser la diaspora centrafricaine autour  des objectifs visant l'émergence économique. Notre pays ne compte pas une vingtaine d'entreprises appartenant aux nationaux; cependant, nous assistons à une  prolifération de partis politique (60) et de candidats aux  futures élections (50 environ).quel paradoxe ?  Qui créerait la richesse nationale si les efforts ne sont  pas déployés pour mettre en place un réseau structuré  des petites et moyennes entreprises ? Vivant à l’étranger  depuis  plus de vingt ans, j'ai observé la montée en puissance d’une diaspora  dynamique dans mon pays d’accueil. Mes activités professionnelles m'ont  aussi conduit à travailler au Maroc et au Mali. Les transferts nets  d'argent  en provenance de la diaspora de ces pays cités dépassent de loin l'aide publique au développement comptabilisée. Toutes  ces expériences seraient utilement profitables  à notre diaspora si elle s'engage de manière mieux organisée à répondre au défi de l'émergence économique.  En conclusion, Je vous  exprime tout  mon soutien à cette initiative et ma disponibilité à y contribuer.   Salutations patriotiques.
Réponse : Merci de ta contribution et l'encouragement que tu apportes à  cette initiative. Nous ne pouvons que relever le défit par rapport à la situation de notre pays et aussi en comparaison de ce que font les autres diasporas que tu as citées en  exemple. Bientôt nous allons nous concerter pour arrêter le calendrier de l’organisation de nos travaux. Cordialement

Réaction d’un compatriote de Chine.

Le Vendredi 1 août 2014 2h55, eric tomoro <etomoro@yahoo.fr> a écrit :

Bonjour Monsieur Bertrand Kemba : Je suis Eric-Désiré Tomoro vivant en Chine depuis 2007 et pendant tout ce temps, quand je lis des déclarations concernant la Diaspora Centrafricaine, je me rend compte que la Chine ou bien tout l'Asie ne se fait jamais représenter. Je ne demande si vous y avez penser. Avez-vous des représentations au niveau de l'Asie? Si c'est le cas pardonnez mon ignorance, je souhaiterais en savoir davantage. Et sinon, essayez d'y penser puisque avec tous les atouts que cette région du monde possède en matière de développement, je suis convaincu que c'est une grande opportunité d'y avoir des contacts.
Le Vendredi 1 août 2014 19h22, Bertrand Kemba <bertrandkemba@yahoo.fr> a écrit : Mon frère merci de ton message. C'est bien cela le but de notre organisation. Mettre en place une coordination pour fédérer les diasporas ou associations centrafricaines à travers le monde. La Chine est un pays très ouvert vers l'Afrique aujourd'hui dans le monde des affaires notamment. Bon nombre de compatriotes qu'ils soient au pays ou vivant à l'étranger aimerait avoir de relais en Chine pour avoir ne fussent  que des informations sur les réseaux d'affaires. Essayez de nous faire connaitre votre organisation en Chine ou dans les autres pays asiatiques afin d'être un des éléments fondateurs de la structure de la diaspora qu'on mettra en place bientôt.  Cordialement
Bonjour mon frère Bertrand : Je me réjouis de votre prompte réponse à mon message.  Ici en Asie plus précisément en Chine nous étions organisés d'abord en association des étudiants Centrafricains en Chine depuis 2008 puisque la plupart sont des étudiants et diplomates en poste. Mais depuis 2012 nous nous sommes décidés d'élargir cette structure en Amicale des Ressortissants Centrafricains en Chine (ARCC) puisqu'il en a qui, comme moi après leurs études, ont décidé de s'installer pour diverses raisons.  Nous dénombrons aujourd'hui  dans l'ARCC,  des entrepreneurs, des fonctionnaires et les libéraux dans plusieurs secteurs d'activités (import-export; restauration et autres) qui se sont installés dans presque toutes les grandes villes Chinoises. Pour l'instant nos activités sont réduites et pour la plupart du temps sur les réseaux sociaux compte tenu du statut communiste du pays, mais nous sommes entrain de nous mettre en règle afin de travailler librement. En espérant garder contact avec vous dans le but d'une collaboration prochaine, recevez les salutations amicales au nom de notre structure. Fraternellement, Eric.

Autres réactions

 

En dehors des réactions reçues sur internet, nous échangeons régulièrement avec des compatriotes des Etats unis, du Canada et surtout de France sur les problématiques de notre organisation.

Ainsi nous avons appris qu’un forum des femmes d’affaires africaines se tiendra bientôt  à Kinshasa et certaines de nos compatriotes y prendront part. Elles auraient souhaité bénéficier des conseils et assistance de notre organisation si elle était déjà en place afin de mieux réussir leur participation.

 

Réactions des diasporas africaines

Plusieurs messages de soutiens sont venus de frères africains qui mettent à notre disposition un compte rendu de forum où il est montré le rôle important que doit jouer la diaspora dans la gestion des crises dans nos pays. Le cas de la Centrafrique a été particulièment mis en exergue.

A l’initiative de l’Institut International de Gestion des Crises il a été organisé le 11 juillet à Paris un forum qui a eu pour thème :

 

Renfoncement des capacités, rôle des diasporas dans la gestion des crises et conflits en Afrique : le cas de la République Centrafricaine. 

 

Nous vous produisons quelques extraits du compte rendu de ce forum auquel a pris part notre compatriote Maguy BARTHABURY.

Le continent africain connaît beaucoup de conflits depuis les indépendances. Ces

conflits occasionnent depuis, des milliers de morts, de déplacés et hypothèquent le

développement des pays concernés.

 

Dans les conflits en Afrique deux grandes tendances se dégagent : les conflits ayant

pour  origines   la   gestion  du  pouvoir  ou mieux  l’accaparement  du  pouvoir   par   un groupe, un clan etc. et le refus par tous les moyens de laisser l’alternance s’installer.

 

Et puis, les conflits qui ont une source   économique et qui touchent le partage, la

captation des richesses. Mais à bien regarder, force est de constater que dans tous

les cas, les  questions économiques, de ressources semblent être à la base de tous

les  conflits.  Ce faisant,  les   facteurs  exogènes, viennent   renforcées   quelques divergences internes.

 

Pour l’IIGC, il est important de s’impliquer dans la gestion durable des conflits en

Afrique, faute de quoi, le développement ne sera pas au rendez-vous. Mais prévenir et gérer des conflits demandent de véritables atouts et nécessitent ici et là un renforcement des capacités.

 

Les   diasporas,  dans   leur  composition   plurielle  contribuent   énormément   au

développement des pays d'origine, notamment par un envoi massif et régulier de

fonds. 40 milliards d'euros envoyés en Afrique par les diasporas africaine. C'est au-

dessus de toutes les aides étrangères perçues par les pays d'Afrique.

 

Les   diasporas   pèsent   et   peuvent   peser   sur   les   opinions   publiques   et   plus exactement, sur les opinions des communautés, des groupes etc. avec lesquels elle sont  en  relation.  Impliquées également dans des  projets de développement, de solidarité, elles participent à la vie citoyenne des pays.

 

Leur  importance  dans  la  prévention   et  la  gestion  des  crises   et   conflits  dans  les différents pays d'origine doit nécessiter une attention particulière et une approche

plus structurée ainsi qu’une meilleure prise en compte par les dirigeants des pays

concernés et les partenaires de paix et de développement.

Malheureusement,  la   Diaspora   africaine,  n’est  que   peu  associée  dans  les

dynamiques de recherche de paix, de maintien de la paix, de médiation dans les

pays respectifs.

 

Ni les pays concernés, ni les partenaires internationaux, n’ont à ce jour vraiment saisi la pertinence d’une meilleure implication des diasporas comme de véritables leviers   de   paix.   Or,   la   logique   voudrait   qu’en   matière   de   gestion   des conflits, aucune piste ne puisse être écartée ; pas davantage celle de la Diaspora.

 

Sachant qu’aucun développement ne peut ni être efficace, ni être durable quand les

conflits perdurent, la prévention et la gestion des conflits doivent alors être érigées

dans les priorités de tous les acteurs de développement pour tout Etat Responsable !

L’absence des acteurs de la diaspora dans la Prévention et/ou  la Gestion des crises

et conflits en Afrique demeure un vrai problème. Certains Etats ne reconnaissent pas

les organisations de leur diaspora et sont encore moins disposés à les impliquer.

 

Pourtant, les diasporas peuvent dans leur grande majorité,  constituer une aide non

négligeable dans la prévention et la gestion des conflits, dans la promotion et la

consolidation de la paix, dans le renforcement de la bonne gouvernance et l’Etat de

droit.   Ces   différents   aspects   étant   indispensables   à   une   véritable   politique   de développement qui se voudrait efficace et durable.

 

LES TROIS GRANDS ROLES DE LA DIASPORA EN MATIERE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS

a. Un rôle préventif

b. Un rôle d’intermédiation

c. Un rôle de lobbying

 

Pour ne pas aller dans le détail dans le cas précis de la RCA, il y a lieu de retenir ceci :

Le conflit en RCA semble avoir des origines multiples, exogènes surtout ; mais aussi

endogènes.  Le conflit en RCA est avant tout un conflit du aux enjeux économiques

avant   de   devenir   (ce   qui   est   logique)   un   conflit   politique   avec   des   relents confessionnels.

 

Les objectifs visés par ce forum qui sera suivi par un séminaire sur la paix en Centrafrique à Lille le 19 et 20 septembre étaient ::

i. Le dialogue à retrouver, à consolider entre les Centrafricains de la diaspora pour le compte de la paix en RCA

 

ii. Le   dépassement   des   questions   identitaires   et   l’importance d’apprendre à mieux se connaître via des rencontres et débats

 

iii. L’écoute les souffrances légitimes de chaque acteur

 

iv. La mobilisation de la diaspora plurielle pour soutenir la démarche de paix en RCA

 

v. Transfert par la diaspora d'un discours d'apaisement, de réconfort des populations relevant de sa sphère d'influence

 

vi. Appuyer les branches les plus modérées dans les différents groupes d'appartenance  des   acteurs  de  la   diaspora  pour   donner  plus   de chance à la paix

 

vii. Œuvrer auprès des partenaires internationaux pour le maintien et le renforcement des soutiens à la RCA

 

IV. SYNTHESE ET FEUILLE DE ROUTE

Pour  l’institut   International   de Gestion  des  Conflits   qui   s’est  auto   saisi  du  conflit centrafricain, il en ressort après échange avec les participants :

1. Encourager les échanges entre acteurs de la diaspora.

Il s’agit d’accompagner une dynamique de la diaspora qui fera que les filles et fils de

la   RCA,   nonobstant   leurs   appartenances   politiques,   confessionnelles,

communautaires pourraient porter le même projet de paix.

2. Militer auprès des partenaires internationaux qui accompagnent la RCA

afin  que  la  diaspora,   ainsi  en  ordre   puisse   être  reconnue  et   impliquée  dans  les processus en cours

3. Œuvrer auprès des autorités de la transition, auprès des instances africaines, le Médiateur principal de la crise, notamment, pour la prise en compte de cette dynamique diasporique qui viendrait renforcer et même apporter une plus value au processus en cours.

.

4. Créer une synergie entre les structures centrafricaines qui se rendent au pays pour mener des actions.

L’objectif  est  juste de  faire  savoir ce qui  se fait. Ainsi  donc,  quand une nouvelle

structure arrive sur le terrain, elle pourra être au courant de ce qui se fait déjà et au

besoin, rentrer en contact avec les responsables. Le constat ayant entrainé cette

vision   est   que   beaucoup   d’initiatives   ont   lieu   actuellement,   mais   de   manière désordonnées et sans articulations  et ceci est un facteur de non efficacité.

 

5.  S’agissant du renforcement des capacités…

Il est entendu que la réponse ne peut et ne doit être guidée que par les priorités et

demandes de la Centrafrique

 

INSTITUT INTERNATIONAL DE GESTION DES CONFLITS - IIGC
Adresse  EUROPE : s/c Fondation FACE- 29, rue Colisée – 75008 PARIS – FRANCE


Pour conclure, nous réitérons notre souhait d’une forte implication des compatriotes dans le programme de la préparation de notre forum à venir. Cela commence par ceux qui le peuvent dans la création d’un site internet qui pérennise nos actions et échanges.

 

Bertrand K.png

Cordialement Bertrand KEMBA

 

Tel 06 62 37 44 06  & 06 62 37 44 06

bertrandkemba@yahoo.fr



09/08/2014

A découvrir aussi


Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 540 autres membres