A7i

A7i

RCA : Musulmans et chrétiens côte à côte pour la réouverture de l’avenue Koudoukou à Bangui

 Bangui-aprèsboz.png

[ Par  Sylvestre Krock |Mis à jour|20 avril 2015]

Des centaines de Centrafricains musulmans et chrétiens ont marché, samedi, pacifiquement appelant à la réouverture de l’avenue Koudoukou à Bangui (capitale), a rapporté un correspondant d’Anadolu.

  Malgré l' avancée enregistrée sur le plan sécuritaire à Bangui, cette avenue qui relie le 5ème arrondissement à l’enclave musulmane de Km5 est toujours interdite aux véhicules de transport en commun.

  La manifestation a été encadrée par des activistes de l’ONG américaine « Search for common ground ».

  « La marche d’aujourd’hui est beaucoup plus l’initiative des familles avec qui notre ONG travaille depuis des mois. Elle réunit des conducteurs de taxis, de bus, de motos taxis, plusieurs familles, l’association des professionnels des médias, les comités de paix et de médiation, les jeunes volontaires de la paix et les étudiants », a déclaré à Anadolu Arlette José Wangou, Coordonnatrice à Search for common ground.

Musulmans et chrétiens ont en effet accordé les violons plaidant pour le rétablissement de la paix. « Je suis musulman centrafricain, je me suis rendu compte qu’il est temps d’un retour à la normale en RCA. C’est pour cela, et avec les conseils de l’ONG Search for common ground, que j'ai décidé de marcher pour la paix et le vivre ensemble dans notre pays », témoigne Mamadou Alain Saïdou, un habitant musulman du quartier Gobongo.

Abondant dans le même sens Charlie Komboyo, habitant chrétien du 5ème arrondissement a insisté sur l’importance de la réouverture de l’axe Koudoukou : « On avait déjà marché pour la réouverture de l’Avenue en question, mais cela n’a pas marché. Cette fois-ci, avec les campagnes préalables de sensibilisation qui ont précédé cette marche, je pense qu’il y aura du changement. »

  Des enfant musulmans ont également été de la partie et ont lancé des cris de cœur émouvants. Nisseye Hubert du Km 5, élève au Groupe élite de formation a donné libre cours à des mots et des attentes : « Je veux que l’Avenue Koudoukou s’ouvre pour permettre aux enfants d’aller à l’école. Je veux aussi dire aux parents que l’avenir du pays, c’est les enfants ; donc, ils doivent cesser la guerre entre les chrétiens et les musulmans pour permettre aux enfants d’aller à l’école. »

 Et Fatimata Ermala habitante Km5 d’ajouter : « Nous les enfants musulmans avons le droit de circuler aussi, de rendre visite à nos parents. Mais aujourd’hui, c’est difficile de passer par l’axe Koudoukou. Je marche pour sensibiliser les autorités du pays et nos parents à la protection des enfants, c’est notre droit.»

La RCA est depuis décembre 2013 secoué par un conflit intercommunautaire opposant Séléka (groupe politico-militaires musulmans) et anti-Balaka (milices chrétiennes). Ce conflit a jusque là fait des centaines de morts dans les deux camps, des milliers de déplacés et contraint bon nombre de musulmans à quitter la RCA vers les pays voisins.

©AA



20/04/2015

A découvrir aussi


Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 540 autres membres