A7i

A7i

RCA: les soldats de l' EUFOR se déploient dans Bangui

La mission de l'Union européenne EUFOR/RCA prendra en charge la sécurisation des 3e et 5e arrondissements (ministère français de la défense).

 

 [ Par Esma Ben said |Mis à jour|20/06/2014]

 afrancaise.png

 

La mission militaire de l'Union européenne en Centrafrique (EUFOR/RCA) a pris en charge la sécurisation des 3ème et 5ème arrondissements de Bangui, la capitale de la RCA, a annoncé, jeudi, le ministère français de la défense sur son site internet.

Eufor/RCA qui a atteint sa pleine capacité opérationnelle, selon l’annonce du commandant en chef de cette opération, Phillippe Pontiès, mercredi lors d’une conférence de presse à Bruxelles, a pris le relais des forces françaises « sangaris » afin de poursuivre, « en appui de la MISCA (Mission Internationale de Soutien à la Centrafrique sous conduite Africaine) , la mission de sécurisation de la population dans les deux arrondissements de Bangui », selon l’annonce.

L’arrivée d’un contingent géorgien au sein d’Eufor RCA a permis « ce transfert de responsabilité à l’Union Européenne (UE) », explique le ministère qui précise que le bataillon multinational de l’EUFOR, « composée d’une compagnie du 152e régiment d’infanterie, d’une compagnie de Géorgiens et de détachements estonien et letton » est à présent « en mesure de s’engager ».

Alors que fin mai, la force européenne disposait de 200 hommes en Centrafrique, EUFOR RCA, compte désormais 700 soldats et gendarmes, majoritairement des soldats français de l’opération « sangaris » (250 hommes).

 Doté d'un mandat de six mois, la force européenne aura  pour mission « d'assurer la sécurisation et la protection de l'aéroport international de Bangui-Mpoko » ainsi que « d’ assurer la sécurité dans certains arrondissements de Bangui » notamment dans les 3e et 5e arrondissements en proie aux violences intercommunautaires, d’après la résolution 2134 du Conseil de sécurité des Nations Unies, adopté le 28 janvier dernier et qui régi son déploiement.

La Centrafrique connait instabilité politique et insécurité depuis août 2012, date à laquelle la coalition Seleka, a réussi à chasser le président chrétien François Bozizé, le remplaçant par le musulman Michèle Djotodia, qui, sous la pression internationale, cédera le pouvoir à la chrétienne Catherine Samba-Panza. Depuis, le pays est en proie à un conflit interne qui a provoqué le déplacement de milliers de personnes essentiellement parmi la communauté musulmane fuyant un cycle infernal de représailles.



20/06/2014

A découvrir aussi


Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 540 autres membres