A7i

A7i

Michel Sapin visé par une plainte d'un proche de l'ex-président centrafricain

SAPIN.png
 

[La rédaction|Mis à jour| 16 mai 2015 ]

Le neveu de François Bozizé, dont les comptes en France ont été gelés, a porté plainte contre le ministre des Finances pour faux et usage de faux, révèle France Info.

«Qu'aujourd'hui je puisse être sur une liste de terroristes en pure gratuité, je voudrais comprendre pourquoi. J'ai été traité comme un voyou et je ne l'accepte pas», proteste Ange Ouefio Goningai. Ce neveu de l'ancien président centreafricain François Bozizé a porté plainte, devant la Cour de justice de la République, contre le ministre des Finances Michel Sapin pour faux et usage de faux, révèle France Info. Soupçonné de participer à la déstabilisation de la Centrafrique et de soutenir les actions terroristes des milices anti-musulmanes, Ange Ouefio Goningai a vu Bercy geler ses avoirs. Un sort comparable à celui de son oncle.

Ange Ouefio Goningai, qui possède la double nationalité, réfute toutes les accusations qui sont portées contre lui. D'abord footballeur dans l'équipe réserve du PSG avant de se lancer en politique en Centrafrique comme conseiller spécial du président François Bozizé, Ange Ouefio Goningai est revenu dans l'Hexagone lorsque la guerre civile a éclaté en RCA en 2013. Il est resté en lien avec la diplomatie française jusqu'à la fin de l'année dernière. Puis son nom apparaît sur liste, établie par Bercy, de personnes impliquées dans le financement des anti-Balaka, les milices anti-musulmanes.

Expulsé de son appartement

Incapable d'accéder au moindre argent et donc de payer son loyer, Ange Ouefio Goningaique a été expulsé de son appartement et dort au cabinet de son avocat. Le gel des avoirs ne repose sur aucune décision de justice, rappelle France Info. Ange Ouefio Goningai ne peut contester la mesure administrative, décidée par Bercy sur la base des directives de l'Union européenne et de l'ONU. Une situation incompréhensible pour le neveu de François Bozizé qui souligne n'avoir jamais été mis en cause par la justice. Sa plainte sera examinée par une commission des requêtes de la Cour de justice de la République.

La Centrafrique, dont l'histoire est jalonnée de coups d'Etat, a sombré dans le chaos et les violences intercommunautaires, lorsque l'ex-rébellion Séléka à dominante musulmane a pris le pouvoir entre mars 2013 et janvier 2014 et a multiplié les exactions dans un pays composé à 80% de chrétiens. Des milices chrétiennes, dites anti-Balaka, hostiles aux Séléka et plus généralement aux musulmans se sont formées, semant elles aussi la terreur parmi les civils.

Chassé du pouvoir en mars 2013, François Bozizé qui s'est réfugié en Ouganda, est «assez actif» et «essaye d'organiser les Anti-Balaka à son profit», constatait début 2014 une source diplomatique. Cette nébuleuse des Anti-Balaka, difficile à cerner, compte en son sein de nombreux partisans du président déchu. En mai 2014, l'ex-chef d'Etat, le coordinateur des milices chrétiennes anti-Balaka Levy Yakété et le numéro deux de l'ex-coalition rebelle Séléka Nourredine Adam ont été visés par des sanctions de l'ONU: gel des avoirs et interdictions de voyager. Selon les services de renseignement, la famille Bozizé aurait réparti au moins 156 millions d'euros sur des comptes en Afrique du Sud, en Suisse, au Luxembourg et dans les îles anglo-normandes.

 

©Le Figaro



16/05/2015

A découvrir aussi


Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 540 autres membres