A7i

A7i

La méthode de triple évaluation l’une des solutions à la crise centrafricaine?

 gondje2.png

[ Par Godfroy- Luther GONDJE- DJANAYANG |Mis à jour|17 juin 2015 ]

L’analyse des contraintes et menaces nouvelles provoquées par la crise conduit fréquemment à l’identification de stratégies d’adaptation, voire à une gestion des opportunités potentielles de la situation. La crise peut être destructrice, mais elle conduit fondamentalement à s’interroger, de cette manière comment faire  pour résoudre  une crise  qui déstabilise un pays ?  

Selon les politistes, tout problème social est susceptible a priori de devenir un problème politique et donc de donner lieu à une action publique évaluatrice, la question étant alors de savoir ce qui peut déclencher  cette intervention.

 Les recherches montrent qu’il n’y a pas de relations directes entre l’intensité d’un problème et l’inscription dudit problème sur l’agenda du décideur, mais que l’accès à l’agenda politique est lié à une transformation de la perception que l’on se fait  concernant les prestations des autorités publiques, les acteurs sociaux  ne s’intéressent pas seulement  aux valeurs  intrinsèques  de nos politiques  mais surtout à  leur capacité de réaction face à une situation de crise.

Dès lors l’homme comprendra que la réactivité structurante  est sans doute l’arme puissante de l’homme politique, à cela s’ajoute la mise en place d’un système d’évaluation politique qui est un processus très important qui permet généralement au peuple de juger la densité et la capacité des actions déployées par les politiques face à une situation de crise profonde.

La politisation se trouve bien souvent à  l'origine de décalages considérables entre les compétences et les carrières d’un politicien averti. Je peux concevoir que la puissance publique qui est inscrite dans une perspective essentiellement socio-organisationnelle et évaluatrice ne pourra jamais remettre cause le système d’évaluation qui s’impose aux politiciens.

Fort de ce constat, après avoir réalisé un état de lieux de la transition centrafricaine, notre expertise relève que l’immobilisme, l’amateurisme, le clientélisme ethnique, l’impunité, l’incompétence sont les quelques maux qui gangrènent effectivement la République Centrafricaine  depuis un moment jusqu’à ce jour.

Généralement le traitement d’une crise invite souvent les analystes à procéder aux déploiements des actions en fonction de la nature de chaque crise, alors compte tenu de la particularité de la crise centrafricaine, je mets à contribution cette solution structurante  intitulée la méthode de triple action comme l’une des solutions liées à la crise centrafricaine :

-        Rendre obligatoire le grand oral du premier ministre et ses ministres de manière mensuelle devant le Conseil National de Transition,

-        La création d’une institution intitulée le laboratoire d’idée, (piloter par des Chercheurs, des Universitaires,   des Experts dans tous les domaines du savoir),

-        La mise en place d’une commission impartiale chargée d’évaluer les actes posés par les institutions de la Transition.

  « F(x)x 0x sans évaluation politique= ?».                                                                      

 

Godfroy- Luther GONDJE- DJANAYANG.

Expert- Analyste en Gestion de crise politico-militaire.



17/06/2015

A découvrir aussi


Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 540 autres membres