A7i

A7i

L'opposition togolaise: des "fraudes en masse" lors de la présidentielle

 faure.png

 [ Par  Alphonse Logo|Mis à jour| 27 avril 2015]

Alors que des résultats officiels partiels communiqués, lundi, par la Commission Electorale nationale Indépendante, Ceni, font état d'une nette avancée du Président sortant Faure Gnassingbé (62%), l'opposition togolaise dit relever des "fraudes en masse" qui ont entaché le processus électoral.

Aucune réaction du gouvernement à ces accusations n'a encore été enregistrée jusqu'à 11h20 gmt.

Pour l'opposition, "les résultats sortis des urnes ne reflètent pas la volonté populaire", en raison de nombreuses irrégularités, relevées, notamment, par le Combat pour l'Alternance Politique en 2015 (Cap 2015-plateforme de l'opposition), et l'Alliance démocratique pour un développement intégral (Addi) dans des communiqués dont Anadolu a eu copie.

"Le scrutin s’est déroulé avec de nombreuses irrégularités et des manquements que nous avions identifiés et dénoncés en vain. Nous exhortons les institutions chargées de l’organisation du scrutin et de la validation des résultats à faire leur travail avec rigueur et sans aucune pression, de manière à proclamer le verdict des urnes, manifestement favorable à CAP 2015." renseigne le communiqué de la plateforme, dont le principal candidat de l'opposition, Jean Pierre Fabre, serait bénéficiaire d' "une avance décisive" dans cette course présidentielle.

"De nombreux cas de vote sans cartes d’électeurs, de vote par usage abusif de procurations, de convoyages d’étrangers, de distribution de prébendes, d’expulsion des délégués de l’opposition, de bastonnade de militants de CAP 2015, d’enlèvements et de bourrages d’urnes, de substitutions de PV, d’intimidations, de harcèlements, etc., ont été relevés dans la sous-préfecture de la Plaine de Mô, dans les préfectures de Kara, Tône, Danpken, Bassar, Binah, Sotouboua." détaille le communiqué, alors que la Ceni ne s'est pas encore prononcé sur ces cas de fraude.

"On relève par milliers, essentiellement dans la région maritime, des électeurs en possession de leurs cartes d’électeurs mais qui ne retrouvent pas leurs noms sur les listes électorales. En outre, des exactions sont exercées sur les populations par des éléments de la garde présidentielle, notamment dans la commune de Lomé et dans les préfectures du Golfe et de l’Avé." poursuit le Cap 2015.

L'Alliance démocratique pour un développement intégral dénonce également des fraudes en masse, dont elle dit en détenir des preuves.

"Différents types de fraudes largement mis en œuvre par le parti au pouvoir entre autres, l’achat de conscience, l’utilisation des ressources publiques, la délivrance de procurations non conformes aux dispositions du code électoral, les intimidations et le bourrage des urnes", a renseigné le communiqué du parti d'Aimé Gogué, un des 5 candidats à la présidentielle qui s'est déroulée samedi dernier, au Togo, un pays qui a connu, en 2005, des violences meurtrières sur fond de contestations électorales.

©AA



27/04/2015

A découvrir aussi


Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 540 autres membres