A7i

A7i

En Centrafrique : ndassima, l’or de la Seleka

La mine d’or de Ndassima, près de Bambari, est exploitée de manière artisanale sous contrôle de la Seleka.

   [Par Thierry Brésillon|Mis à jour|04/07/2014 18:36]

 ndassima.png

 

La mine d’or de Ndassima est l’un des principaux gisements aurifère de Centrafrique, situé à une quarantaine de kilomètres de Bambari, environ 400 Km à l’Est de Bangui. Située dans la zone contrôlée par l’ex-Seleka (la coalition de mouvements rebelles), elle est actuellement exploitée de manière artisanale par des orpailleurs indépendants.

Une autorisation délivrée par l’officier commandant la zone de Bambari est nécessaire pour se rendre sur la mine d’or. Aucune présence armée n’est visible sur le site, mais les deux jeunes soldats qui escortent les visiteurs n’ont qu’un geste à faire pour rappeler à l’ordre les ouvriers qui se montrent un peu agressifs. « Ici on tabasse toujours. Vous avez compris ?», glisse le plus discrètement possible un des artisans avant de s’esquiver rapidement. Les principaux sites diamantifères et aurifères se situent dans le Nord-Est du pays, contrôlé par la Seleka.

«A chaque étape de l’exploitation, qu'elle soit l’attribution d’un lot, la sortie du banco [la terre contenant les poussières d’or, nldr] vers la rivière ou la sortie de l’or de la zone, un officier de la Seleka prélève une taxe », assure un commerçant de Bambari qui souhaite garder l’anonymat.

A l’origine, l'exploitation de la mine avait été confiée à la société Aurafrique, filiale de la société canadienne Axmin. Les premières explorations ont débuté dès 2002. La compagnie s’est vue délivrer un permis d’exploitation de 25 ans en 2010. Seulement le site a été parmi les premières cibles des groupes armés de la Seleka qui a pu en prendre le contrôle le 21 décembre 2012, avant de s'emparer de Bambari le 23 décembre. Aussitôt, la société Axmin a fait valoir la clause de force majeure pour se retirer du projet.

Depuis, armés de barres à mine, de pelles, de sceaux et de bassines, des artisans miniers ont entrepris d’extraire le minerai, qui se présente sous forme de poussière dans une profonde couche argileuse. La fosse, où s’activent jour et nuit des centaines d’ouvriers, atteint une soixantaine de mètres de profondeur, parcourus de marches taillées dans un sol particulièrement glissant pendant la saison des pluies. Le 25 juin 2013, quarante personnes avaient trouvé la mort dans un glissement de terrain.

«Nous sommes forts parce que nous prenons du Tramol [le Tramadol, un analgésique puissant utilisé comme stimulant, ndlr] et que nous fumons de la «cocaïne» », explique un artisan surnommé «Empereur Bokassa», «délégué» pour un groupe de ses confrères. «Le patron nous affecte un carré, nous creusons et il nous paie en fonction de l’or que nous trouvons», poursuit-il. L’exploitation du site est illégale aux yeux de la société Axmin, et les artisans sont réticents à communiquer, de crainte que les «Canadiens» ne reviennent.

 

©AA



04/07/2014

A découvrir aussi


Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 540 autres membres