A7i

A7i

Congo-Kinshasa: Equateur - Le HCR construit des écoles et des centres de santé pour les réfugiés centrafricains à Zongo

  [ Par  Véron Kongo |Mis à jour|15/11/2014 07:38 ]

hcrrdc.png

Le Haut Commissariat pour les réfugiés (HCR) construit des écoles et des centres de santé à travers les juridictions de la République démocratique du Congo, où sont installés des camps d'hébergement des personnes déplacées ou des réfugiés, notamment à Zongo, dans la province de l'Equateur.

La situation sécuritaire qui prévaut actuellement en République Centrafricaine a occasionné le déplacement des populations vers Zongo. A ce jour, 16 000 personnes dont 13 000 sont installées dans le camp Mole, à 37 km de cette ville où les 3 000 autres ont rejoint leurs familles.

De la prise en charge des réfugiés

Dans le but de s'informer sur les conditions de vie des réfugiés centrafricains, une délégation de journalistes vient de séjourner à Zongo.

Sous la conduite de Mme Ursula Dzietham, chef de bureau du HCR à Zongo, elle a visité le camp Mole, où sont pris en charge les réfugiés centrafricains, en partenariat avec ADSSE (Association pour le développement de l'environnement) et AIRD (African Inititiative for relief and development).

La première structure s'occupe des services communautaires, du social, de l'éducation, de la formation en informatique, de la sensibilisation et des activités récréatives. La seconde, AIRD, travaille, en partenariat avec le HCR dans les domaines de la logistique et de la construction.

Egalement réfugiés, les enseignants centrafricains assurent l'encadrement des leurs sous la supervision de l'ADSSE. Pour ce faire, Mole dispose d'une école primaire dirigée par M. Namsenou Maï Johnson.

Ce directeur d'école, réfugié centrafricain de surcroît, a révélé que son « école compte 1 144 élèves donc 597 filles et 547 garçons, le programme scolaire, est centrafricain et, dans le cadre du suivi, les inspecteurs centrafricains traversent régulièrement la rivière Ubangi pour le camp Mole ».

Après l'enseignement primaire, il est également prévu l'organisation d'une épreuve de passage au niveau secondaire. L'objectif est d'arriver à caser des élèves doués à Libenge, entité administrative située à 119 km de Zongo.

Pour son épanouissement, la communauté des réfugiés centrafricains se retrouve aussi dans deux clubs. L'un, appelé « club Rfi », s'occupe de l'éducation, du sport et de l'environnement. Dans l'autre, celui des « langues », les réfugiés apprennent l'arabe, le français, l'écriture braille, la langue des pygmées et le lingala.

A travers l'ADSSE, certains réfugiés centrafricains suivent une formation en informatique avec des ordinateurs fournis par le HCR. Actuellement en formation, les 24 d'entre eux pourront accéder au cyber.

Ecoles et centres de santé en construction

Travaillant en partenariat avec le HCR, AIRD s'occupe de la logistique et de la construction. Et avec la machine hydraform installée dans le camp Mole, AIRD, selon son chef de base Dialo Abdoul Aziz, fabrique 1500 briques par jour pour la construction des centres de santé, des bâtiments scolaires et d'autres infrastructures financée par le HCR.

L'école primaire Mole, fonctionnant dans des conditions rudimentaires, sera dotée dans les tout prochains jours d'un bâtiment en dur. Il en est de même de l'école Burunganga en construction à Zongo, sur un site accordé au HCR par les autorités communales de Wango.

Quant à Worobe, localité située à 18 km de la ville de Zongo, elle dispose déjà, grâce au financement du HCR, d'une école en matériaux durables comprenant 6 salles de classes, 7 latrines et un bureau.

Et avec ces deux niveaux d'enseignement primaire et secondaire (option pédagogique), elle compte 680 élèves dont 250 filles et 430 garçons.

Parmi les centres de santé construits par AIRD, celui du camp Mole (d'une superficie de 250 m2, soit 25m sur 12) comprendra des salles de réception, de traitement, d'accouchement et des soins, un box de consultation, un bureau de médecin-chef, une intendance, une grande salle d'observation, une pharmacie et une banque de sang. La supervision est assurée par Dr Michel Kalombo.

« Qu'il s'agisse des bâtisses de Mole et de Burunganga, la fin des travaux est prévue pour avant le 31 décembre 2014 », a indiqué Dialo Abdoul Aziz.

En tout état de cause, le social constitue le souci majeur des populations en détresse. Au camp Mole, 1 600 semi-abris sont construits pour les réfugiés. Le chef de bureau du HCR à Zongo a annoncé la construction de 250 abris pour environ 2 000 personnes.

« Toutes ces infrastructures servent aussi aux autochtones », a-t-il ajouté.

©Le potentiel



15/11/2014

A découvrir aussi


Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 540 autres membres