A7i

A7i

Centrafrique: L'UE aide à la reconstruction

  [ Par  Carole Assignon |Mis à jour|mercredi 1er octobre 2014 ]

 

ue1.png

L'Union Européenne apporte son appui à la Centrafrique. Pour la reconstruction du pays, la Commission européenne a annoncé lundi le lancement de trois projets de soutien, avec le fonds fiduciaire appellé "Bêkou".

Le fonds "Bêkou" de la Commission européenne, dispose d'un budget initial de 64 millions d'euros pour la reconstruction de la Centrafrique

En sangho, la langue principale du pays "Bêkou" signifie "espoir". Comme quoi les Centrafricains peuvent espérer remettre leur pays sur pied.

Ce fond servira à financer trois projets de soutien. Il y a d'abord le projet d'appui à la santé. Il permettra un meilleur accès aux services sanitaires pour 760.000 personnes, mais aussi la formation du personnel de santé, la fourniture de stocks de médicaments, ainsi qu'un appui au ministère de la Santé.

Le second projet sera axé sur l'amélioration des conditions économiques et sociales des quartiers défavorisés de la capitale Bangui.

L'accent sera mis sur la réhabilitation des infrastructures publiques comme les égouts, les routes, le réseau d'approvisionnement en eau. Autre point important la formation des habitants des quartiers pour des travaux publics.

Les femmes ne sont pas oubliées

Le troisième projet devrait permettre aux femmes d'être financièrement indépendante. Conseils, formations, accès à des prêts, le projet prévoit un certain nombre de volets pour permettre aux femmes de mettre en place leurs propres activités économiques.

La présidente de transition Catherine Samba-Panza est citée dans des affaires de corruption et d'enrichissement illicite

Le fonds "Bêkou" créé en juillet dernier par la Commission européenne, dispose d'un budget initial de 64 millions d'euros. Parmi les pays contributeurs il y a la France, l'Allemagne et les Pays-Bas.

Corruption et enrichissement illicite

Cet appui de l'Union Européenne arrive alors que la présidente de transition est citée dans des affaires de corruption et d'enrichissement illicite.

Il s'agit entre autre du virement sur un compte privé de la seconde tranche d'un don de plus d'un milliard de FCFA octroyé en mars dernier à son pays par l'Angola. Bambou Faustin est le vice président de la commission équipement et communication au sein du Conseil National de Transition:

"S'il y a une inquiétude qui est exprimée c'est évident que cela peut tendre à décourager les donateurs. Mais nous au niveau du Conseil National de Transition ce que nous faisons c'est de faire en sorte que ce qui est déjà arrivé soit géré comme il se doit et que cela arrive au niveau des populations concernées".

La Centrafrique dépend actuellement de l'aide étrangère, une aide dont elle a besoin pour être de nouveau sur pied.

 

©DW



01/10/2014

A découvrir aussi


Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 540 autres membres