A7i

A7i

Centrafrique : des décès imputés aux troupes françaises, colère de la population

Plusieurs décès en Centrafrique ont été imputés aux troupes françaises de l’opération Sangaris, en Centrafrique, provoquant la colère de la population.

SANGARIS2.png
[Par Assanatou Baldé| Mise à jour|23-mai-14]-Au moins un homme a été tué ce jeudi à Bambari, au cours d’une opération de désarmement des ex-rebelles de la Séléka menée par les forces françaises de l’opération Sangaris, selon des témoins et des sources médicales. De son côté, Ahmad Nijad Ibrahim, le porte-parole de la séléka, a fait état de trois morts et six blessés lorsque les militaires français ont ouvert le feu sur des manifestants : « Il y a eu deux morts et une troisième personne qui a été grièvement blessée est maintenant décédée. Chrétiens et musulmans vivaient en paix, ici. Ce sont les militaires français qui sont à l’origine de cette violence ».

Reuters affirme pour sa part avoir vu quatre blessés, dont un, apparemment touché par des tirs français, se trouvant dans un état grave. L’un des blessés, Mahamat Nour Hassan Ibrahim, 31 ans, a affirmé qu’un soldat français avait ouvert le feu sur la foule à partir d’un véhicule blindé. Lui-même a été atteint à la jambe gauche et son frère de 21 ans, Mohamed Hassan Ibrahim, a été tué, a-t-il confié à l’AFP.

Le personnel de l’hôpital a confirmé qu’il y avait eu un mort. Une situation qui a provoqué la colère des populations. Des manifestants, armés d’arcs, de flèches et de machettes, ont mis le feu à des barricades.

Accusations récusées

L’état-major de la force Sangaris a démenti, assurant que les militaires français n’avaient procédé qu’à des tirs de sommation. Le quartier général de la Séléka, qui tient le nord-est du pays, se trouve à Bambari. A l’issue d’une réunion organisée mercredi, les forces de maintien de la paix ont demandé aux membres de la Séléka de déposer les armes, ce qu’ils refusent, craignant d’être attaqués comme certains miliciens musulmans de Bangui qui avaient accepté de le faire.

Par mesure de sécurité, les membres de la force Sangaris ont fermé la route menant à Bangui. Selon l’un d’entre eux, « les forces internationales sont à Bambari pour faire appliquer des mesures de confiance qui interdisent à des groupes armés de circuler en ville avec leurs armes », a déclaré à l’AFP l’un d’entre eux ayant requis l’anonymat.

 

©AFP



23/05/2014

A découvrir aussi


Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 540 autres membres