A7i

A7i

Centrafrique : de violents affrontements font au moins 25 morts à Bambari

 [La rédaction|Mis à jour|samedi 4 octobre 2014]

 bambari23.png

Des militaires de la force Sangaris à Bambari, en Centrafrique, le 16 avril 2014. © AFP

Fortes tensions à Bambari dans le centre-est de la Centrafrique. De violents affrontements ont fait plus de 25 morts entre mercredi et jeudi.

La ville de Bambari (centre-est de la Centrafrique) a été le théâtre mercredi 1 et jeudi 2 octobre de violents affrontements entre des hommes armés se réclamant des anti-balaka et des Peuls et musulmans armés. "Le dernier bilan (…) fait état de plus de 25 morts et plusieurs dizaines de blessés", a affirmé une source après de la gendarmerie centrafricaine. Un bilan provisoire avait d'abord fait état de 16 morts à la mi-journée.

"De nombreux habitants ont encore fui pour se réfugier à l'église catholique, attendant de voir si la situation va redevenir normale", selon la même source.

Les soldats français ont tué mercredi "cinq à sept" individus en riposte à un groupe armé, probablement musulman, qui a ouvert le feu sur la Minusca, la mission de l'ONU en Centrafrique, et la force française Sangaris, a indiqué jeudi à Paris l'état-major des armées.

Les assaillants ont notamment tiré au lance-roquettes RPG7, a précisé le colonel Gilles Jaron, porte-parole de l'état-major français. En se repliant, les groupes armés ont ensuite pillé des sites de plusieurs ONG, dont la Croix-Rouge, a précisé l'état-major, affirmant que le calme était revenu jeudi matin.

Les incidents ont débuté après qu'un pick-up transportant des musulmans se rendant à la mine d'or de Ndassima, près de Bambari, a été attaqué par des anti-balaka causant la mort de plusieurs d'entres-eux.

"La ville est sous contrôle des forces internationales depuis les dernières hostilités. Mais il y a toujours des velléités de violences et ça peut éclater n'importe où et n'importe quand. (...) La situation est tendue à Bambari actuellement, mais nous faisons tout pour ramener l'ordre et protéger les civils", a ajouté une source de l'opération Sangaris à Bangui, sous couvert d'anonymat.

Selon cette source, "Sangaris et Minusca sont en train de gérer une situation du même genre à Kaga Bandoro (centre). Un porteur d'arme a été désarmé et cela a entrainé un mécontentement des musulmans. Nos éléments ont eu à faire face à une montée de tension ce matin. Des barricades ont été érigées sur le grand pont de la ville, mais ils ont le contrôle de la situation".

 

©JA|AFP



04/10/2014

A découvrir aussi


Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 540 autres membres