A7i

A7i

Centrafrique: Après le forum, le suivi

 forumfin.png

[ Par  Sainclair Mezing |Mis à jour|23 mai 2015 ]

La présidente de Transition, Catherine Samba-Panza et les forces vives du pays échangent vendredi sur la suite à donner au récent dialogue inter-centrafricain.

La présidente de Transition préside vendredi à Bangui une rencontre avec les forces vives du pays pour la mise en place d'un Comité de suivi des recommandations issues du Forum de Bangui tenu du 27 avril au 4 mai dernier. Pour Catherine Samba-Panza, il est question de susciter l'unanimité autour de la désignation des membres dudit comité et la définition des orientations qui lui seront assignées. « Sur le post-Forum, il faut tout de suite se mettre au travail. Nous comptons convier l'ensemble des forces vives de la Nation d'ici vendredi pour qu'ensemble nous réfléchissions sur le mécanisme de suivi à mettre en place, sa mission, sa composition, sa durée, son financement, tous ces aspects, nous devons le décider de manière consensuelle », a-t-elle expliqué.

Mme Samba-Panza s'exprimait ainsi lundi dernier à sa descente d'avion à l'aéroport de Bangui Mpoko, de retour de Luanda en Angola où elle est allée participer au 9e sommet extraordinaire des chefs d'État et de gouvernement des pays de la Conférence internationale sur la région des grands lacs (CIRGL). A l'occasion, elle dit avoir fait le point sur les derniers événements dans son pays notamment le récent dialogue inter-centrafricain. «J'ai fait le plaidoyer, expliquant la situation, notamment l'évolution positive, surtout le grand acquis que constitue le Forum de Bangui qui venait de se tenir», a-t-elle ajouté. Avant de préciser que les participants à la rencontre de la capitale angolaise ont proposé la convocation prochaine d'un sommet conjoint entre CIRGL et la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale (CEEAC) sur la situation en Centrafrique. Tout comme, ils ont également exhorté les Etats membres de la CIRGL et la communauté internationale à honorer leurs engagements antérieurs et œuvré en faveur de la mobilisation des ressources supplémentaires afin d'assurer la conduite des élections dans ce pays.

Frappée d'un double embargo aussi bien sur l'achat des armes que sur l'exportation des diamants, la République centrafricaine éprouve d'énormes difficultés à réhabiliter ses forces armées et sa police et à financer son économie sur ressources propres. Raison pour laquelle Catherine Samba-Panza nourrit beaucoup d'espoir sur la saisine des Nations unies formulée au cours de ces assises par ses homologues pour la levée de l'embargo sur les armes et les diamants dans le cadre du processus de Kimberly qui frappe le pays.

©Cameroon Tribune



23/05/2015

A découvrir aussi


Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 540 autres membres