A7i

A7i

Centrafrique: à Bambari, des mouvements de troupes de la Séléka sèment la panique dans le centre et le sud-est du pays

 [ Par Sylvestre Krock |Mis à jour|11 septembre 2014]

 seleka20.png

"Si nos éléments sont venus se joindre à nous à Bambari, ce n’est pas pour marcher sur Bangui", a affirmé le général Joseph Zoundeko, chef d’état-major de la Séléka.

Des mouvements de troupes de la  Séléka  dans le centre  et le sud-est du pays sèment depuis une semaine la panique auprès des populations, ont rapporté des sources locales, mercredi, à la rédaction .

La convergence de colonnes de véhicules appartenant au mouvement Séléka vers  le centre du pays notamment vers Bambari  sème depuis une semaine la panique parmi les habitants qui redoutent une opération militaire imminente d’autant plus qu’aucune communication n’a été faite autour de cet afflux.

 « C’est depuis la semaine dernière que les Séléka de Bria (Nord), Ndélé (Nord-est)et Birao(Nord-est) ont convergé en nombre impressionnant à Bambari s’ajouter à leurs pairs. Ils sont très nombreux et armés jusqu’aux dents », rapporte un habitant de Bambari qui a requis l'anonymat.

Plus loin, au Sud-est,  une autre colonne de Séléka a fait irruption dans la ville de Gambo à 75 km de Bangassou, chef-lieu de la préfecture du Mbomou, Selon Hervé Zangas, président préfectoral du Conseil national de la jeunesse locale.

«  C’est depuis le 3 septembre que ces éléments sont revenus dans la ville de Gambo. On ignore leur intention. Le conseil des sages de la ville s’est réuni et a lancé un appel aux autorités de la Séléka pour retirer leurs combattants de la ville. Mais aucune réaction n’est encore enregistrée » a-t-il déclaré à Anadolu.

La psychose qui s’est emparée des populations de Bambari et de Gambo s’est répandue comme une trainée de poudre jusqu’à Bangui nourrissant des rumeurs selon lequelles la Séléka se préparerait à marcher sur la capitale.

Le Général Joseph Zoundeko, chef d’état-major de la Séléka a indiqué  depuis Bambari "qu’il y a plus de peur que de mal".  « Tout le monde sait que ces derniers temps, il y a eu des dissensions internes au sein de  l’état-major et que nous sommes en train de les régler. Si nos éléments sont venus se joindre à nous à Bambari, ce n’est pas pour marcher sur Bangui » a affirmé le général.

La ville de Bambari accueille l’Etat-major militaire du mouvement Séléka mais aussi un nombre important de centrafricains musulmans qui ont fui les violences intercommunautaires entre musulmans et chrétiens dans la capitale Bangui et qui ont fait sombrer le pays dans le chaos pour plusieurs mois avant que des intermédiations ne débouchent sur un accord de cessation des hostilités et la formation d'un nouveau gouvernement de large ouverture avec un premier ministre musulman  à sa tête.Le pays se prépare à acceuillir à partir du 15 septembre prochain une nouvelle mission onusienne de maintien de la paix, la Minusca(Mission Intégrée Multidimensionnelle des Nations Unies en République Centrafricaine), composé de plus de 12 milles hommes .

 

 

©AA



11/09/2014

A découvrir aussi


Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 540 autres membres