A7i

A7i

RCA: Une opération ville morte des musulmans de Km 5 dégénère en affrontements avec Sangaris

 [ Par  Sylvestre krock |Mis à jour|samedi 27 septembre 2014 ]

  KM57.png

 

Une opération ville morte des musulmans de km 5 a dégénéré, vendredi,  en affrontements avec les forces françaises de l’opération Sangaris, rapporte le correspondant de Anadolu.

Le bastion de km 5, principal quartier musulman de Bangui, était sous tension jusqu’en début d’après-midi vendredi après des accrochages entre ses habitants et les forces françaises de l’opération Sangaris sans faire  de blessés.

A l’origine, les musulmans de km 5 ont décidé d’observer une journée ville morte en réaction à l’assassinat par des Anti-Balaka de convoyeurs de bétail de confession musulmane en début de cette semaine dans la région de Kémo au centre du pays.

Les commerces essentiellement tenus par des musulmans au km 5 sont restés fermés en guise de protestation. Cependant, des jeunes incontrôlés ont gâché l’action initialement  pacifique provoquant l’intervention des forces françaises de l’opération Sangaris.

Des tirs ont été entendus jusqu’en début d’après-midi avant qu’un calme fragile ne revienne. Mais, le sentiment anti-français restait perceptible  dans les milieux musulmans.

« Ce sont les français qui sont venus arrêter certains de nos frères ici et que les jeunes ont résisté. Maintenant tout est revenu dans l’ordre. La Minusca (La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation en Centrafrique) est allée ramener les personnes arrêtées et il n’y a plus de problème. », a déclaré Ousmane Abakar, porte-parole des musulmans de km 5.

Hussein Mahamat, un des manifestants joint par Anadolu pointe un doigt accusateur sur Sangaris d’être complice dans l’assassinat des convoyeurs de bétail  en question.

« Le convoi était sécurisé au départ par Sangaris. Au lieu d’escorter le convoi jusqu’à Bangui, Sangaris a lâché le convoi à mi-chemin. C’est alors que le véhicule tombé en panne a été rejoint par les Anti-Balaka qui ont massacré les huit convoyeurs et abattu tous les bœufs. », a -t-il accusé.

Cinq musulmans ont été tués par des anti-Balaka entre la localité de Dissikou et la ville de Dékoa, dans la préfécture de Kémo, dans le centre-sud de la Centrafrique, a indiqué mardi à Anadolu le Conseiller national de la Kémo, Marcelin Yoyo.

Sangaris n’était pas joignable, vendredi, pour commentaire jusqu’ à 16 h GMT.

 

©AA



27/09/2014

A découvrir aussi


Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 540 autres membres