A7i

A7i

RCA: plus de 2000 déplacés reçoivent l’aide de la Croix-Rouge à Bambari

 [ La rédaction |Mis à jour|mercredi 6 août 2014]

refugies2.jpg
"Ces populations ont dû quitter leurs villes et leurs villages dans la précipitation et ont tout perdu" dans les violences qu'a connues la ville au mois de juillet selon le délégué du CICR à Bambari.

 

2000 déplacées des violences à Bambari (Centre-Est , préfecture de Ouaka), en République centrafricaine, ont reçu des aides de la Croix-Rouge, a annoncé le CICR, mardi, dans un communiqué dont Anadolu a reçu une copie.

Ces articles ménagers de première nécessité constitués principalement de savon, de pagnes, de nattes, de couvertures, de moustiquaires et de jerricanes ont été distribués du 30 juillet au 04 août avec la collaboration de la Croix-Rouge centrafricaine.

« La situation humanitaire y est toujours critique. Bon nombre de personnes déplacées dans la ville et aux alentours n’ont accès ni à leurs champs ni aux marchés. L’activité économique n’a pas encore repris, ce qui affecte leur capacité de survie » a déclaré Samuel Cadassou, délégué du CICR à Bambari, cité par le communiqué.

Les personnes aidées par le CICR ont pour la plupart fui les violences dans les régions de Bangui, Kouango (Sud-frontière avec la RDC) et Grimari (à l'ouest de Bambari), ainsi que les axes autour de Bambari où elles sont hébergées chez des familles d'accueil, a indiqué le communiqué. Sur l'axe Bambari-Ippy (Nord-Est de Bambari), le CICR a également remis des vivres (riz, huile, haricots et sel) à plus de 400 déplacés.

« Ces populations ont dû quitter leurs villes et leurs villages dans la précipitation et ont tout perdu ; les commerçants leurs commerces et ceux qui avaient des champs ne peuvent plus y accéder », a expliqué Cadassou, toujours cité par le communiqué.

Le CICR a rappelé qu'il continue toujours de subvenir quotidiennement aux besoins en eau potable à 18 000 personnes déplacées regroupées dans deux sites à Bambari.

Au soir du 7 juillet, une attaque de l'évêché de la ville par des hommes armés a fait une vingtaine de morts, des dizaines de blessés et une vingtaine de maisons incendiées. selon le bilan annoncé par des sources locales qui ont priviligié la thèse des représailles après l'assassinat, plus tôt dans la journée, de deux jeunes musulmans dans cette localité située à 400 klilomètres environ au nord de Bangui. Quelques jours auparavant, sept militaires français ont été blessés dans un accrochage avec des miliciens Anti-balaka.

 

©AA



06/08/2014

A découvrir aussi


Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 540 autres membres