A7i

A7i

Médiation de la CEEAC : Sassou N’Guesso optimiste au règlement de la crise centrafricaine

 [ Par Jonas Mvouanzi|Mis à jour|30 Juin 2014]

  sassou1.png

En marge du 23ème sommet de l’Union Africaine sur l’agriculture et l’élevage qui s’est tenue, du 26 au 27 juin 2014, à Malabo, les pays de la communauté économique de l’Afrique centrale (CEEAC) ont invité les différentes sensibilités centrafricaines à un « dialogue franc, sincère et inclusif ». Le médiateur de cette crise, Denis Sassou N’Guesso est, tout de même, resté optimiste sur l’avenir de la RCA.

 

Dans le cadre de recherche des voies de sotie de crise en Centrafrique, les 14 pays de la CEEAC se sont réunis en marge des assises du 23ème sommet de L’Union Africaine de Malabo. « Il y a nécessité d’instaurer entre les différentes sensibilités sociopolitiques, un dialogue franc et sincère. La CEEAC et la Communauté internationale seront aux cotés de la RCA pour apporter leur soutien » a indiqué dans son mot introductif, le président Idriss Deby du Tchad en sa qualité de président en exercice de la CEEAC.

Médiateur de la crise centrafricaine, Le président congolais s’est également dit « optimiste » quant à l’avenir de la RCA. « D’autres peuples qui ont connu des difficultés similaires s’en sont sortis, et pourquoi le peuple centrafricain ne sortirait pas de cette épreuve ? Nous continuons d’être optimiste » a conclu le président Denis Sassou N’Guesso qui se dit favorable au chapitre VII de la charte des Nations unies pour la force de l’ONU qui remplacera les troupes de la CEEAC en septembre prochain.

Tout en réitérant l’attachement de la CEEAC à un « dialogue inclusif » en RCA, Denis Sassou N’Guesso fonde ses espoirs sur la réunion du groupe international de contact : « Les décisions qui ont été prises aujourd’hui et qui pourront être confirmées dans une semaine par le groupe de contact international vont dans la bonne direction. Nous allons aider les Centrafricains – nous insistons sur ce point- à aller vers la réconciliation, vers un dialogue réellement inclusif. » Le président congolais a aussi dit que la CEEAC soutenait l’idée de la présidente de la transition centrafricaine, Catherine Samba Panza de former un « gouvernement inclusif ».

S’agissant du respect du calendrier électoral, le président congolais a déclaré ; « A l’impossible nul n’est tenu. Mais si les conditions ne sont pas toutes réunies, on n’ira pas à une élection tout simplement parce qu’on veut l’élection pour l’élection. Mais nous ferons tout pour qu’elle ait lieu dans les meilleurs délais » La transition centrafricaine a une durée de 18 mois. Selon le calendrier officiel, l’élection présidentielle est prévue pour février prochain. Les différents dirigeants de la Transition ne sont pas autorisés à déposer leur candidature.

Le sommet sur la Centrafrique a connu la participation de : Idriss Deby du Tchad, Paul Biya du Cameroun, Ali Bongo Ondimba du Gabon, Manuel Pinto da Costa de Saso Tome et Principe, Ahmed Ould Abdelaziz de la Mauritanie en sa qualité de président en exercice de l’Union africaine.

 



30/06/2014

A découvrir aussi


Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 540 autres membres