A7i

A7i

Les explications du PM centrafricain sur le don angolais, la relance des activités économiques et l’insécurité à la Une à Bangui

 [La rédaction|Mis à jour| vendredi 17 octobre 2014 ]

 PRESSE.png

 

Les explications du gouvernement centrafricain, par le biais du Premier ministre Mahamat Kamoun, sur le don fait par l’Angola, l’insécurité, la relance des activités socio-économiques ainsi que les agitations des milices anti-balaka à Bangui et la Minusca, font la Une de la presse centrafricaine de ce jeudi 16 octobre.
Média + titre « Kamoun face à la presse ». En réponse à l’interpellation du Conseil national de transition (CNT) au gouvernement sur le don angolais, « M. Kamoun a confirmé ouvertement qu’il ne s’agit pas de détournement mais plutôt de procédures qui n’ont pas été respectées ».

« Compte tenu du temps imparti pour la session d’interpellation, c’est aujourd’hui jeudi 16 octobre à 10 heures que le Premier ministre donnera des réponses aux conseillers nationaux de transition », précise Média +.

Cependant, Le Confident estime que « Kamoun n’a pas convaincu : une enquête parlementaire s’impose ». Selon ce journal, le locataire de la Primature n’a pas convaincu le peuple centrafricain en général et les conseillers nationaux en particulier. Puisqu’il s’est
« embourbé dans un complot déstabilisateur qui ne dit pas son nom, ourdi contre le gouvernement pour dissiper les velléités de bonne gouvernance ».

Pour sa part Le Citoyen voit en « L’Angola Gate : (un) sujet de discorde inutile entre le parlement de transition et l’Exécutif ».

Et L’Agora de s’interroger « CNT : Va-t-on vers la destitution du gouvernement Kamoun ? »

Pour ce journal, la sécheresse de ton qui a caractérisé le dernier communiqué de presse du CNT ne dissimule en rien la survenance prochaine d’une crise au sommet de l’Etat centrafricain précisément entre le législatif et l’exécutif de transition.

« En principe, si un gouvernement est jugé défaillant dans sa mission, l’organe législatif est autorisé à voter une motion de défiance donc de demander sa destitution. Or dans la charte constitutionnelle de transition une telle disposition n’est pas clairement prévue», a regretté L’Agora.

Sur un tout autre plan relatif à l’insécurité créée par les anti-balaka dans certains arrondissements de Bangui, certains organes de presse ont mis en exergue les agitations de ces miliciens.

C’est ainsi que Le Citoyen écrit : « Ouango-Bangui : Attaques des anti-balaka contre la population font cinq morts , des blessés et vingt-huit maisons incendiées », Médias + relève à ce sujet : « 7è arrondissement sous la violence anti-balaka » alors que L’Agora titre « 7è arrondissement : les anti-balaka font la pluie et le beau temps dans le fief de Samba-Panza ».

Les motifs de ces violences divergent d’un journal à un autre. « Certains évoquent un refus de la population de d’adhérer aux projets de pillage orchestrés par les anti-balaka, d’autres pensent que « c’est une réprimande à la population qui a bravé les anti-balaka ».

« La Minusca est-elle démissionnaire ou dépassée par les évènements ? » s’interroge Le Confident qui revient sur la conférence de presse, la veille, du général Babacar Gaye, chef de la Minusca.

En dépit de l’assassinat de l’officier pakistanais, la Minusca apporte une réponse molle alors que l’attente de la population reste intacte dans cette véritable jungle qu’est la République Centrafricaine, s’est encore indigné Le Confident face à l’attitude des casques bleus devant cet « océan de banditisme et de criminalité alimenté par les nostalgiques de François Bozize c’est-à-dire les anti-balaka.

Le même journal remarque que la Minusca assiste impuissante à la mise en œuvre de son mandat consigné dans la résolution 2149.

 

 © APA



17/10/2014

A découvrir aussi


Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 540 autres membres