A7i

A7i

Deux Français tués dans l'attaque djihadiste à Ouagadougou (Paris)

Africa7-Par I24nwes, le 16-01-2016
burkina.png
 
L'attaque a été revendiquée par le groupe djihadiste Aqmi qui l'a attribuée au groupe Al-Mourabitoune
 

Deux ressortissants français ont été tués dans l'attaque djihadiste qui a visé un hôtel et un restaurant de Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso, a indiqué samedi à l'AFP un porte-parole du ministère français des Affaires étrangères.

Une Française a été par ailleurs été blessée, a indiqué dans un communiqué le quai d'Orsay qui a fait état d'un bilan de "27 morts et d'environ 150 blessés".

Au moins 26 personnes ont été tuées lors de l'attaque djihadiste, a affirmé samedi le ministre burkinabè de la Communication Rémi Dandjinou à l'issue d'un conseil des ministres, en soulignant qu'il s'agissait d'un bilan "provisoire".

Un deuil national de 72 heures sera observé à partir de dimanche, en hommage aux victimes de cette attaque terroriste qui a visé un hôtel et un restaurant du centre de la capitale du Burkina Faso de vendredi soir à samedi matin, a indiqué le ministre, sans donner de détail sur les nationalités des victimes.

Les opérations des forces de sécurité burkinabè contre les auteurs des attaques se sont terminées en fin de matinée, a affirmé à l'AFP une source des services de sécurité sous couvert d'anonymat, précisant que les opérations de ratissage aux alentours de l'hôtel Splendid, du restaurant Cappuccino et des établissements voisins se poursuivaient.

L'attaque a été revendiquée dans la nuit par le groupe djihadiste Al-Qaïda au Maghreb Islamique (Aqmi), qui l'a attribuée au groupe Al-Mourabitoune du chef djihadiste Mokhtar Belmokhtar, selon SITE, une organisation américaine qui surveille les sites internet islamistes.

Le président burkinabè Roch Marc Christian Kaboré a appelé samedi le peuple burkinabè au "courage" et à la "vigilance" après les attaques djihadistes.

Le Burkina Faso "n'a jamais plié l'échine devant quoi que ce soit et ce n'est pas aujourd'hui que cela va commencer", a assuré à la presse le président burkinabè, élu fin novembre.

"Nous appelons le peuple burkinabè à la vigilance et au courage parce que nous devons maintenant nous battre et intégrer les actions terroristes (dans) notre combat quotidien", a-t-il ajouté.

Le président Kaboré a par ailleurs "salué la coopération militaire que nous avons eue, que ce soit avec les Français ou les Américains, qui nous a permis aujourd'hui d'avoir une situation de sécurité plus claire".

Le président français François Hollande a dénoncé une "odieuse et lâche attaque" et assuré que "les forces françaises apportent leur soutien aux forces burkinabè".

Des forces spéciales françaises sont stationnées dans la banlieue de Ouagadougou dans le cadre de la lutte anti-djihadiste dans le Sahel. Washington dispose également de 75 militaires dans le pays, et a indiqué apporter un soutien aux forces françaises dans l'opération.

Le Burkina, "point d'appui permanent" de l'opération militaire française Barkhane, a déjà été la cible d'opérations djihadistes. En avril 2015, le chef de sécurité roumain de la mine de manganèse de Tambao (nord) a été enlevé, une action revendiquée par Al-Mourabitoune. On est sans nouvelles de lui.

©I24news/avec AFP



16/01/2016

A découvrir aussi


Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 540 autres membres