A7i

A7i

Démission de Compaoré.. le film des événements

 [La rédaction|Mis à jour| samedi 1er novembre 2014 ]

 

campaore.png

Péripéties de la fin récemment annoncée d'un homme ayant passé 27 ans au pouvoir.

Les évènements se sont succédé au Burkina Faso, tel un caléidoscope, prenant de cours plus d’un observateur pour finalement déboucher sur la chute de l'ex-président Blaise Compaoré, après un soulèvement populaire de moins de 48 heures, contre la modification de la Constitution.

Voici, le film des différentes péripéties ayant marqué la fin d’un homme qui a passé 27 ans au pouvoir :

Mardi 28 octobre 2014: première manifestation à l’appel de l’opposition qui a réussi à mobiliser, selon elle, près d’un million de manifestants contre la modification de la Constitution.

Mercredi 29 octobre : poursuite de la mobilisation du côté de l’opposition et sur les réseaux sociaux

Jeudi matin 30 octobre 2014 : déclenchement d'un grand soulèvement, des milliers de manifestants rassemblés à la Place de la Nation, à Ouagadopugou (capitale).

Vers 10 heures GMT : les manifestants prennent d’assaut l’Assemblée nationale, le siège de la télévision nationale, saccagent et incendient un hôtel et quelques domiciles de hauts responsables du pouvoir. Les forces de l'ordre ont ouvert le feu sur les protestataires tuant au moins 30 et blessant une centaine d'autres, selon l'oppposition.

Vers midi : les manifestants marchent vers le palais présidentiel, déclenchement d’affrontements entre la garde présidentielle et les manifestants.

Jeudi après-midi (vers 14 heures) : des chefs de l’opposition s’entretiennent avec le chef traditionnel des Moussi, le plus grand groupe ethnique du pays (60% de la population), pour trouver une issue à la crise. Alors que le gouvernement a annoncé le retrait du projet de loi portant modification de la Constitution, et qui devait permettre à Compaoré de briguer un nouveau mandat.

Jeudi, début du soir : refus du président Compaoré de quitter le pouvoir et annonce par l’armée d’un couvre-feu

Jeudi soir : sortie médiatique du président Compaoré pour annoncer la levée d’état de l’état de siège et promettre de quitter le pouvoir à l’issue d’une transition démocratique. Peu après l'armée annonce la prise du pouvoir, mais sans prendre aucune mesure concrète sur le terrain, ni désigner un sucesseur.

Vendredi matin 31 octobre : rassemblement des dizaines de milliers de manifestants devant l’Etat-major et à la Place de la Nation

Midi : dans un communiqué commun, l'opposition réclame le départ "sans conditions" de Blaise Compaoré et appelle à la mobilisation générale des Burkinabè, demandant  au peuple d'occuper systématiquement toutes les places publiques.

 Les leaders de l'opposition arrivent place de la Nation. Des dizaines de milliers de manifestants y sont rassemblés.

Début de l’après-midi : le collectif anti-référendum (formation de l’opposition) annonce que Compaoré n’est plus président de la République et que le chef d’Etat-major, Honoré Nabéré Traoré, assurera l’intérim. Quelques minutes après, l'information a été confirmée, un communiqué de la présidence annonce la démission de Compaoré, un porte parole de l'armée la confirme.

La population s’y oppose appelant à octroyer l’intérim à l’ancien général et ex-ministre de la Défense, Kouamé Lougué 

 

©AA



01/11/2014

A découvrir aussi


Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 540 autres membres