A7i

A7i

Centrafrique : Trois poèmes pour nous rappeler un triste souvenir

 [ Par GBANDI Anatole, extrait de Deuil national  |Mis à jour| 26 mars 2015 ]

 

 rcapleure.png

               UNE MINUTE DE SILENCE

 

 

                           Morts sans sépulture

                       Bébés, ados, adultes

                       Tombés trop tôt

                       Dans l'eau, l'Ouham, la mère

                       La Ouaka et l'Oubangui vous ont reconnus

                       Lavés et bercés de leurs bulles soprano des eaux

                       Lavés et bercés de leurs larmes de cris perçants

 

                       Ombres sans forme couchées sur les flots

                       Fils taciturnes sages méfiants et désabusés

                       Qui s'étaient inscrits aux abonnés absents

                       Depuis le commencement de la politique

                       Où êtes-vous tombés La forêt nous assure

                       Que vous ont reconnus les bambous la paille

                       Et les roseaux de vos cases

                       Qui brûlaient depuis toujours

                       De vous donner

                       Dans une roselière

                       L'hospitalité des roseaux

 

                       Morts sans sépulture

                       Tombés sous les brandons de la discorde

                       Dans le sépulcre de la jungle directement

                       Dans les chants des oiseaux qui vous ont célébrés

                       Oui les tisserins ont chanté

                       Et les merles et les touracos

                       Les bergeronnettes des ruisseaux du Mbomou

                       Ont chanté un requiem pour vous

 

                       Morts sans veillées Disparus sans corps

                       Sans cris sans fanfare sans tam-tam

                       Perdus pour nous qui vous recherchons

                       Mais pas pour la forêt de colère verte animée                                              

                       Qui jamais n'a expulsé à coups de foudre ses habitants

                       Qui jamais n'a exilé en ville des lionnes et leurs lionceaux

                       Des damalisques des calaos des xérus des lycaons...

                       Qui jamais n'a chassé de son biotope l'éland de Derby

                       Et qui jamais n'a vidé de ses termites une termitière

 



26/03/2015

A découvrir aussi


Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 540 autres membres