A7i

A7i

Centrafrique: Le recensement pré-électoral repoussé après une agression

voteh.png
 

[La rédaction|Mis à jour| 28 juin 2015 ]

Le recensement pré-électoral en Centrafrique devait commencer vendredi dans une école du 3e arrondissement de Bangui, il ne démarrera que lundi. La faute à une agression sur un conseiller du maire de cet arrondissement lors de la cérémonie de lancement officiel de la campagne. Les agresseurs étaient, selon plusieurs sources, d'anciens membres de la branche de la Seleka la plus hostile aux accords de paix. L'incident ne fait que repousser le début de l'enregistrement des citoyens centrafricains, mais oblige également l'ANE à délocaliser dans un autre arrondissement de la capitale.

Il s'appelle Amadou Roufaï, il est conseiller du maire du troisième arrondissement de Bangui et se trouvait dans l'école Koudoukou, pour l'ouverture officielle de la campagne de recensement. Il raconte comment il a été agressé, en présence de l'ambassadeur de France et du chef de la Minusca, par des hommes qui, selon certaines sources, seraient d'anciens membres de la Seleka.

« Ils ont fait irruption dans l'établissement et ils ont commencé à un injurier l'ambassadeur français. Comme la personne est venue s'adresser directement à l'ambassadeur de France, je lui ai dit, comme c'est un frère, nous sommes tous des musulmans, c'est le mois de ramadan. Je lui ai dit ça, et il a dit « vous êtes de traitres vous qui êtes de la mairie ». C'est de là que tout a capoté. Directement, il m'a boxé. »

Marie-Madeleine Koué est rapporteur générale de l'Autorité nationale des élections (ANE), le 3e arrondissement, où vivent de nombreux musulmans, représente pour elle un symbole fort du processus de paix, y réussir le recensement est un véritable pari.

« C'est dans ces arrondissements, notamment le 3e arrondissement, que la crise a été la plus forte. Nous avons choisi à dessein cet arrondissement pour montrer à nos compatriotes qui y vivent, que nous voulons vraiment faire la paix et aller aux élections. Avec une plus grande sensibilisation, nous arriverons à les convaincre. Parce que de toute les façons il faudrait que nous organisions ces élections sur tout le territoire centrafricain, notamment dans tous les arrondissements de Bangui. »

Pour l'heure, les premières banderoles pour l'enregistrement ont été accrochées dans la capitale centrafricaine, les agents recenseurs achèvent tout juste leur formation et une nouvelle cérémonie sera organisée lundi. Ce sera dans le 7e arrondissement de Bangui où habite Catherine Samba-Panza, pour que la chef de l'Etat de transition, puisse montrer l'exemple, en s'enregistrant la première.

 

©RFI



28/06/2015

A découvrir aussi


Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 540 autres membres