africa7.blog4ever.com

africa7.blog4ever.com

Politique


Centrafrique : Cinq ministres débarqués du gouvernement

csp4.png
 

[La rédaction|Mis à jour|22 juillet 2015  ]

La présidente de transition centrafricaine, Catherine Samba Panza, a procédé lundi à un léger remaniement ministériel marqué par des changements notamment à la tête des portefeuilles des Affaires étrangères et de la Sécurité publique, a annoncé la radio nationale.

L’ancien ministre de la Sécurité, Nicaise Samedi Karnou, change de portefeuille et devient ministre du Tourisme en remplacement de Gilbert Kogrengbo qui quitte le gouvernement avec les cinq autres personnalités.

Il s’agit de Toussaint Kongo Doudou (Affaires étrangères), Victor Waké (Communication), David Banzoukou (Développement rural), Jeannette Déthoua (Réconciliation), et Robert Namséné (Environnement).

Six nouvelles personnalités font leur entrée dans le nouveau gouvernement. Samuel Rangba, ancien directeur de cabinet du ministre sortant, est nommé aux Affaires étrangères, tandis que Dominique Saïd Paguindji, magistrat, prend le portefeuille de la Sécurité publique.

Bruno Yapandé obtient le ministère de la Communication, Florence Lydie Ndouba est nommée à la Réconciliation nationale, Sébastin Wénézoui, réputé proche des milices chrétiennes anti-balaka, à l’Environnement, et Michel Bindo devient ministre délégué à l’Economie.

Les postes clés comme la Défense, la Justice, l’Administration du territoire ou les Finances, restent aux mains de leurs titulaires, dont plusieurs proches de la présidente et du Premier ministre, Mahamat Kamoun. Ce léger remaniement avait été annoncé il y a déjà plusieurs mois par la présidente Samba Panza, qui réclamait des « actions concrètes et visibles » à son équipe gouvernementale.

Le décret lu à la radio porte à 32 le nombre de ministres, contre 31 que comptait le gouvernement de transition formé en août 2014 et qui se voulait « inclusif », comprenant notamment des représentants des groupes armés.

La Centrafrique s’était retrouvée en plein chaos après le renversement en mars 2013 du président François Bozizé par Michel Djotodia qui était à la tête d’une rébellion à dominante musulmane, la Séléka.

 

©Afrique7


22/07/2015
0 Poster un commentaire

Sans commentaire : Décret nommant les membres du Comité technique de pilotage du Forum de Bangui

D1-PARIS-1.png

 

D4-P1.png


06/04/2015
0 Poster un commentaire

COMMUNIQUE DE LA PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE

 [La rédaction|Mis à jour|samedi 27 septembre 2014  ]

 MONTAIGNE.png

Bangui, le 26 septembre 2014

 

La Présidence de la transition déplore la propagande acharnée avec laquelle des intérêts occultes cherchent à déstabiliser d’avantage, sous couvert d’allégations mensongères médiatisées, la République Centrafricaine, pays particulièrement fragilisé par une crise militaro politique profonde et confronté à un grand défi de mobilisation de ressources pour sortir la population de l’extrême vulnérabilité.

 

Le discrédit permanent, jeté sur les relations fortes d’amitié, de fraternité et de solidarité existantes entre la République de l’Angola et la République Centrafricaine, poursuit l’unique dessein de priver le peuple centrafricain, plongé dans la détresse humanitaire la plus grave de son histoire depuis décembre 2012, de toute assistance significative et durable de ses pays voisins membres de la CEEAC, qui se sentent concernés par le sort de l’Etat  Centrafricain et de sa population meurtrie.

 

La Présidence de la transition tient à informer l’opinion nationale et internationale que sur initiative de la Cheffe de l’Etat de la Transition, toute la lumière a été faite sur la gestion de l’assistance financière mise à la disposition de la République Centrafricaine par le gouvernement angolais avec les hautes autorités du Fonds Monétaire International et de la Banque Mondiale en marge de l’Assemblée Générale de l’ONU à New-York.

 

Par conséquent, la Présidence de la transition demande instamment que cesse la campagne calomnieuse en cours, dont le peuple centrafricain n’a pas besoin, à un moment où des efforts sont déployés pour maintenir la République Centrafricaine en bonne place dans  l’agenda de la communauté internationale à coté des nombreuses urgences qui mobilisent l’attention des bailleurs de fonds.

.

Pour la Présidence de la transition,

 

Antoinette Montaigne,

 

Porte parole de la Présidence.

fangolais.png


27/09/2014
1 Poster un commentaire

ALLOCUTION DE MADAME CATHERINE SAMBA-PANZA, CHEF DE L’ETAT DE LA TRANSITION

[La rédaction|Mis à jour|samedi 27 septembre 2014  ] 

 CSP22.png

 
Réunion de haut niveau sur la République Centrafricaine en marge de

 l’Assemblée Générale des Nations Unie


New York, 26 septembre 2014

 

Leurs Excellences, Messieurs les Chefs d’Etat et de Gouvernement,
Monsieur le Secrétaire Général des Nations Unies,


Mesdames, Messieurs les Membres du Conseil de Sécurité des Nations Unies, 


Monsieur le Médiateur International dans la crise Centrafricaine,


Monsieur le Secrétaire d’Etat Américain,


Mesdames, Messieurs les Représentants des Organisations Internationales, des Représentations diplomatiques et des Institutions financières Internationales,


Distinguées Personnalités,


Mesdames, Messieurs,


Une fois de plus, la Communauté Internationale se mobilise au chevet de la République Centrafricaine à travers cette réunion de haut niveau en marge de l’Assemblée Générale des Nations Unies que le Secrétaire Général des Nations Unies a bien voulue organiser et à laquelle tous les partenaires de mon pays sont conviés. Je suis très sensible à cet élan de solidarité internationale à l’égard de la population de mon pays et me réjouis que la crise Centrafricaine demeure encore au cœur des préoccupations de la Communauté Internationale.


Cette réunion va nous donner l’occasion d’évaluer les actions menées depuis la signature de l’Accord de cessation des hostilités de Brazzaville et d’examiner les perspectives de la sortie définitive de crise dans mon pays, avec l’appui de la coopération internationale. 


Avant d’en arriver là, je voudrais m’acquitter d’un agréable devoir, celui de saluer la présence nombreuse de Très Hautes personnalités, des organisations et institutions qui ont toujours soutenu et accompagné mon action en faveur de la sécurité, de la paix et de la stabilité dans mon pays. Leur présence ici est un véritable réconfort sinon le gage de la réussite de cette réunion qui porte les espoirs de tout un peuple meurtri par des conflits récurrents.

 

Je peux rassurer toutes ces hautes personnalités que le peuple Centrafricain sera toujours reconnaissant des efforts accomplis par leur pays respectif en sa faveur, des moyens déployés et des sacrifices consentis.


Je voudrais surtout saisir cette occasion exceptionnelle pour rendre un hommage renouvelé au dynamisme et à l’engagement du Secrétaire Général des Nations Unies, M. Ban KI-MOON, qui n’a ménagé aucun effort pour être aux côtés du peuple Centrafricain et de ses dirigeants tout au long de cette crise.
 

Leurs Excellences,


Distinguées personnalités,


Mesdames, Messieurs,


Au moment où je m’adresse à vous du haut de cette tribune, la situation de la République Centrafricaine reste encore préoccupante malgré les avancées enregistrées depuis huit(8) mois. 


Parmi les résultats palpables, nous pouvons relever : le retour progressif de la sécurité à Bangui et dans certaines villes de l’arrière pays, grâce à l’appui des troupes internationales, la réduction du nombre de sites des déplacés, le retour progressif des réfugiés, la reprise timide des activités socioéconomiques, le redéploiement progressif de l’administration en province, la reprise de la coopération avec les institutions financières internationales, le déploiement de la MINUSCA et surtout la signature de l’Accord de cessation des hostilités sous les auspices du Médiateur International de la crise Centrafricaine, le 23 juillet à Brazzaville.

 

A travers cet Accord, les groupes armés, la société civile et les partis politiques se sont engagés à œuvrer ensemble pour sauver la RCA. 


Depuis lors, les leaders des communautés musulmanes, chrétiennes et protestantes œuvrent ensemble pour interpeller la population à la tolérance et à réapprendre à vivre ensemble. Les femmes sont également engagées dans cette dynamique et les jeunes ont pris conscience des méfaits de la violence sur leur avenir. Ils multiplient les actions de sensibilisation et de réconciliation dans les quartiers et les arrondissements et ensemble, nous avançons dans le processus du dialogue national inclusif. 

 

Leurs Excellences,


Distinguées personnalités,


Mesdames et Messieurs,

 

Malgré son potentiel naturel très important, mon pays enregistre des niveaux d’indicateurs socioéconomiques encore très critiques. L’Indice de Développement Humain (IDH) s’est considérablement détérioré, plaçant la RCA parmi les cinq derniers pays à l’échelle mondiale, soit au 172èmerang sur 177 pays. Ces indicateurs expriment à suffisance l’étendue des défis socio-économiques auxquels la République Centrafricaine doit faire face.

En réponse à ces défis, un Programme d’Urgence et de Relèvement Durable de la République Centrafricaine a été élaboré. Ce document constitue aujourd’hui le cadre de dialogue et de concertation avec les partenaires pour l’assistance en faveur de mon pays. 
Ce Programme met en œuvre une stratégie qui associe les actions d’assistance humanitaire et de relèvement précoce pour renforcer l’objectif général de lutte contre la pauvreté. 


Il est en effet important de maintenir une cohérence dans l’aide dont le paquet devra comporter nécessairement l’humanitaire, le développement et la sécurité dans ses aspects politique, civile et militaire. Mais il faut reconnaitre que nous devons vite sortir de l’humanitaire qui absorbe la majeure partie de l’aide en ce moment pour envisager le relèvement et le développement. 


C’est pourquoi, cette stratégie, qui fait l’objet du plaidoyer que je fais auprès de la Communauté Internationale, s’articule autour des piliers suivants: 


La sécurité d’abord. Dans ce domaine, nos attentes à l’endroit de la Communauté Internationale portent sur :


L’appui à la mise en œuvre des programmes de désarmement, démobilisation, réinsertion et réintégration (DDRR) et de réforme du secteur de la sécurité(RSS) pour parvenir à une réhabilitation et une refondation des Forces Armées Centrafricaines. Il est extrêmement important et urgent que le pays dispose d’une armée qui apporterait d’ailleurs son concours aux forces de maintien de la paix de l’ONU sur le terrain. Or, en raison des sanctions imposées par le Conseil de Sécurité des Nations-Unies et notamment de l’embargo sur les armes, la République Centrafricaine ne peut pas équiper son armée. 


Les questions sécuritaires doivent nécessairement être abordées dans le cadre d’une collaboration renforcée avec les pays voisins que nous avons déjà amorcée avec la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale et les efforts dans ce sens devront être renforcés. 


Ensuite, nous attendons de la Communauté Internationale qu’elle nous soutienne dans la promotion de la bonne gouvernance et de la construction de l’Etat de droit en vue de rompre radicalement avec les dérives de la mauvaise gouvernance. 


A cet égard, il est fondamental de mettre un accent particulier sur le rétablissement de la fonction judiciaire pour mieux lutter contre l'impunité et la corruption. Dans ce cadre, j’ai accepté de céder une partie de l’autorité nationale en matière de justice transitionnelle à la Mission Onusienne de Stabilisation de la Centrafrique (MINUSCA) afin de renforcer les capacités des juges. 


Nous insisterons tout particulièrement sur le développement durable parce qu’il apparaît clairement que le déterminant décisif de la crise Centrafricaine est la pauvreté. 


La RCA connaît une forte mobilisation de l’assistance humanitaire à travers les interventions de plus de 90 ONGs internationales. Malgré tout, on peut noter une faiblesse de l’accès aux services sociaux. Mon appel à ces courageux partenaires est de revoir le contenu de l’aide humanitaire afin que celle-ci permette le relèvement effectif des communautés. 


Conformément à la Charte de Transition, j’ai fait du dialogue et de la concertation mon mode de gouvernance du pays en maintenant de manière régulière le dialogue avec les Institutions de la Transition et toutes les forces vives de la nation, ce qui a abouti à l’Accord de cessation des hostilités de Brazzaville. Le processus doit désormais se poursuivre avec les consultations populaires dans les 16 préfectures et le forum de réconciliation à Bangui. Toutes ces consultations nécessiteront des moyens matériels et financiers colossaux. Je sollicite l’appui de la Communauté Internationale à la mise en œuvre effective de ce processus politique. 


S’agissant des élections prévues en février 2015 et auxquelles je ne participerai pas, le cadre juridique électoral et les différents organes de régulation des élections ont déjà été mis en place. Cependant, notre ferme volonté d’aller résolument à l’organisation de ces élections bute sur de nombreux préalables d’ordre juridiques, institutionnels, politiques, sécuritaires, techniques et financiers.


Je sollicite la mobilisation de la communauté internationale pour l’appui technique et le financement des élections en République Centrafricaine afin de permettre à ce pays de retrouver rapidement sa place dans le concert de Nations démocratiques. 


L’autre défi auquel nous sommes confrontés aujourd’hui en Centrafrique est la restauration de l’autorité de l’Etat sur toute l’étendue du territoire national, dont l’objectif est de rapprocher l’administration des administrés afin d’accélérer le retour rapide des personnes déplacées internes et refugiées, et de renforcer la protection des civils. 


Nous sommes cependant conscients que ces actions passeront d’abord par la poursuite des réformes économiques et la promotion de la croissance soutenue. Il est en effet urgent, à court terme, de créer des richesses et des emplois afin non seulement de prendre en charge les dépenses régaliennes de l’Etat mais d’offrir des opportunités de formation et d’emplois aux femmes et aux jeunes désœuvrés qui forment les bataillons des rebellions armées. 


La mise en œuvre d’une assistance économique et budgétaire rapide devrait permettre de renforcer les capacités des principaux acteurs de l’économie et relancer les secteurs productifs créateurs d’emplois. 


Elle devrait également permettre de construire, réhabiliter et viabiliser les équipements et infrastructures économiques détruits et renforcer la gouvernance financière avec la poursuite des réformes globales des finances publiques.

 

Je suis cependant consciente qu’il est plus important et urgent de redonner à l’Etat Centrafricain des capacités financières propres. Pour cela, la sécurisation des zones minières est une action prioritaire devant conduire à terme au rétablissement de la République Centrafricaine dans le processus de Kimberley. Mon souhait le plus ardent est que les forces de l’ONU désormais déployées dans le pays apportent tout leur appui à cette action prioritaire. 

 

Leurs excellences,


Distinguées personnalités,


Mesdames et Messieurs,


Pour ramener la sécurité et la paix en République Centrafricaine, il faut reconnaître que les besoins sont énormes et les moyens demeurent encore très limités. La mise en œuvre du Plan d’Urgence pour le Relèvement Durable nécessite des moyens colossaux. C’est pourquoi, le peuple Centrafricain a encore besoin des Etats membres de la Communauté Internationale pour soutenir son espoir de reconstruire son pays et partant, de retrouver son unité et sa dignité. 


Cependant, il importe de souligner que la rigueur et la transparence dans la gestion des ressources extérieures et internes, est une nécessité et conditionne la capacité du pays à mobiliser des appuis extérieurs. Les allégations malveillantes relatives a la gestion du don angolais en est une démonstration. Ce dossier, d’une extrême importance pour les partenaires techniques et financiers a été clarifié avec le FMI lors de nos récentes rencontres.

 

Distinguées personnalités,


Mesdames et Messieurs,


Nous avons besoin du soutien de vos diverses institutions et organisations, pour promouvoir ce message d’espoir au sein de la communauté internationale par un plaidoyer sur la nécessité de faire de la République Centrafricaine un exemple concret de capacités de résilience pour sortir de la vulnérabilité. 


Je ne doute pas que la solidarité internationale qui s’est déjà manifestée en faveur du peuple Centrafricain va s’intensifier à l’issue de cette réunion par la tenue d’une table ronde des bailleurs de fonds dans les mois à venir pour un soutien plus accru aux efforts des Autorités de la Transition. 


Je vous remercie pour votre aimable attention.


27/09/2014
0 Poster un commentaire

Centrafrique: Le Collectif« Touche Pas à ma Constitution » - Communiqué de presse relatif au déploiement des Casques Bleus en République Centrafricaine

cc1.png

                                                       COMMUNIQUE DE PRESSE

 

L’ONU a autorisé sur la base de la résolution du Conseil de sécurité le déploiement d'environ 12.000 Casques bleus en République Centrafricaine  qui débutent officiellement leurs missions, le lundi 15. 09. 2014 dans l’intérêt  de sécuriser  la population qui est livrée à l'anarchie aux pillages à la barbarie humaine et aux multiples violations flagrantes des droits humains.

 

 Le Collectif« Touche Pas à ma Constitution »membre actif de la Société Civile se félicite pour la prise en compte de sa requête transmise auprès du Secrétaire Général des Nations dans le but de solliciter l’opération de maintien de la paix par le déploiement des Casques Bleus en République Centrafricaine avec un mandat du Conseil de Sécurité. 

 

Le Collectif adresse également toute sa reconnaissance aux Organisations Internationales comme l’Union Européenne, l’Union Africaine, la CEEAC, les pays amis comme, la France, les USA, sans omettre l’ensemble de la Communauté Internationale qui ne cessent de fournir des efforts  considérables au profit du peuple Centrafricain qui traverse actuellement le chaos du siècle.

 

Par ailleurs, le Collectif s’inquiète surtout la gravité de l’absence de la publication du chronogramme des élections de février 2015 par les autorités de la transition.

 

Le Collectif exhorte surtout la Mission Onusienne de pesée de toute sa force pour restaurer  la sécurité, afin de permettre d’organiser le plus rapidement  dans le délai imparti par la Charte Constitutionnelle, les élections libres démocratiques qui seront la seule solution de la stabilité politique.

 

 

Fait à Paris, Dakar le 15. 09. 2015

 

Les signataires :

 

Le Coordonnateur Général,

 

Godfroy- Luther GONDJE- DJANAYANG.

 

Le Coordonnateur Général Adjoint,

 

Gérard  BOUKANGA.

 

Le Secrétaire Général,

 

Mandela DEGBOMA.


15/09/2014
0 Poster un commentaire

République Centrafricaine : audit de la FCBB

fcbb4.png

fcbb3.png

fcbb1.png

 

 


05/09/2014
0 Poster un commentaire

Centrafrique : Les réactions suite à l'interview de Michel Djotodia

   [ Par  Maître Tahéruka SHABAZZ |Mis à jour|4 septembre 2014 ]

 prp.png

***************

COMMUNIQUE DE PRESSE

**************

Lors d’une dernière déclaration complètement irresponsable, datée du 3 septembre 2014, de la part de M. Michel Djotodia, chef du mouvement rebelle Séléka, nous avons été effarés de lire des propos d’une gravité extrême. En effet, voici ce que M. Michel Djotodia déclare au média béninois Matin Libre de Cotonou :

« Après cinquante (50) ans de gouvernance par les chrétiens, un musulman vient au pouvoir, et on en fait un tapage de telle manière que ça a entrainé le chaos. Pour qu’il y ait équité, il faut qu’on redonne ce pouvoir-là à l’ex-Séléka.  ».

Une fois de plus ce chef rebelle se distingue de la pire des manières en versant dans l’exécrable instrumentalisation de la religion à des fins bassement opportunistes.

Non, Monsieur Djotodia ! Les Centrafricains ne font pas un « tapage » comme vous le dîtes avec dédain, parce qu’un Centrafricain musulman aurait été porté à la tête de l’Etat centrafricain. Ils vous ont tout simplement désavoué pour avoir apporté la mort par milliers sur des Centrafricain avec votre installation au Palais de la Renaissance. Vos troupes et affiliés se sont livrés à des crimes atroces, des barbaries indicibles et des exactions sans nom à l’encontre de la population civile centrafricaine. Même quand l’Empereur Bokassa Ier s’était converti de façon éphémère à l’islam, jamais de sang n’a coulé à cause de ce choix religieux personnel. Donc cessez d’enfumer la presse internationale en servant des prétextes fallacieux pour masquer votre seule irresponsabilité manifeste en termes de gestion de la chose publique. Les Centrafricains n’ont que faire de votre confession ou de celle de tout homme politique centrafricain. Seuls comptent les actes posés, et à dire vrai vos actes à la tête de l’Etat centrafricain ne plaident pas pour vous.

Vous dîtes, je vous cite, que « pour qu’il y ait équité, il faut qu’on redonne ce pouvoir-là à l’ex-Séléka ». C’est exactement cette façon patrimoniale de concevoir la politique, de pratiquer la politique que les Centrafricains en particulier, et l’Afrique en général, vomissent et rejettent de toutes leurs forces. Vous avez le droit de convoiter le pouvoir, de vous croire qu’il devrait vous revenir. Mais aucunement vous ne pouvez vous arroger le pouvoir en Centrafrique en marchant sur les cadavres des Centrafricains, en prenant en otage les Centrafricains par le biais de groupes rebelles armées sanguinaires ou en semant la mort à tout va. Le pouvoir en Centrafrique ne vous appartient pas, il n’est pas votre propriété, ni celle de votre clan ni celle de quiconque. Si vous voulez le pouvoir, conformez-vous aux conditions d’accession au pouvoir en commençant par déposer les armes, et en obligeant vos groupes armées à cesser les exactions contre les Centrafricains. Ensuite présentez-vous au suffrage des Centrafricains, et si ceux-ci estiment que vous êtes le seul, ou du moins le meilleur candidat, à même de ramener la concorde nationale, l’unité nationale, soyez-en sûr, souverainement ils vous élèveront au sommet de l’Etat, vous confieront les clés de la Maison Centrafrique et par conséquent légitimeront de la meilleure des façons possibles votre prise de pouvoir.

Hors de ce cadre, il s’agit ni plus ni moins que d’une usurpation scélérate, d’une abominable tyrannie, d’une violation quasi-blasphématoire de la souveraineté de la Nation centrafricaine.

Aussi, le Parti du Renouveau Panafricain (PRP) qui rompt avec cette praxis surannée, qui ramène l’Afrique dans le nihilisme politique, s’oppose fermement avec la dernière énergie à votre conception de la politique, à votre offre politique d’un autre temps, et qui ne peut être que source de destruction totale. La Centrafrique ne veut plus de ce type de politiciens, de responsables publiques, d’ « élites ». Il est de temps de renouveler le logiciel politique centrafricain car la version en place actuellement est datée, dépassée, périmée.

Que Dieu bénisse l’Afrique, qu’Il bénisse la Centrafrique. Vive la Centrafrique.

 

Fait à Dakar le 3 Septembre 2014

Maître Tahéruka SHABAZZ

Président du PRP


04/09/2014
0 Poster un commentaire

Centrafrique : communiqué de presse de Nouredine Adam relatif à la présence des trois ministres ex-Séléka du gouvernement Kamoun

  [La rédaction|Mis à jour|31 août 2014]

 

 Nouredine adam.png

 

RÉPUBLIQUE CENTRAFRICAINE

UNITÉ-DIGNITÉ-TRAVAIL

 

Front Populaire pour la Renaissance de Centrafrique

(Ex-Coalition Séléka)

…………………………………………………………………………………………………………

 

Communiqué de Presse No 0007/ECS/RCA

 

Le Bureau Politique de l’Ex-Coalition Séléka tient une fois de plus à informer l’opinion nationale et internationale, qu’elle ne se reconnait pas dans la composition du nouveau Gouvernement qui vient d’être publiée le vendredi 22 aout 2014 en République Centrafricaine.

 

L’Ex-Coalition Séléka n’a ni soutenu, ni communiqué le nom d’un Premier Ministre ou les noms des Ministres à la Présidence de la République. De ce fait, tous les Membres de l’Ex-Coalition Séléka ayant participé au présent Gouvernement sont exclus définitivement de ladite Entité.

 

Leur participation au Gouvernement, constitue une haute trahison et un non respect des consignes donnés par la Hiérarchie.

 

Les préalables n’ayant pas été respectés, le Bureau Politique de l’Ex- Coalition Séléka maintient sa position de non participation au Gouvernement.

 

Le combat que mène l’Ex-Coalition Séléka  ne se résume pas aux portefeuilles ministériels. Elle veut implanter la Paix au pays et le doter d’un Projet de société pour la RCA assorti  d’un idéal de Liberté, de Démocratie, de Prospérité pour le plus grand nombre possible de nos concitoyens, sans aucune espèce de discrimination, qui sera soumis à l’ensemble du peuple Centrafricain au moment opportun.

 

Toutefois, le Bureau politique de l’Ex-Coalition reste déterminé à trouver une solution politique juste, équitable et durable par la voie du dialogue et de la négociation avec toutes les forces vives de la nation.

 

                                               Fait à Birao, le 31 Août 2014

 

                                           Pour Le Président,

                                           Le 1er Vice-président

 

                                           Général NOUREDINE ADAM

                                           Ancien Ministre D’État

 


31/08/2014
0 Poster un commentaire

Centrafrique : Premier Conseil des Ministres, elle a dit quoi ?

 [La rédaction|Mis à jour| 29/08/14 ]

 cspcm.png

Allocution de C.Samba Panza au 1er Conseil des Ministres


Monsieur le Premier Ministre,


Cette première réunion du conseil des ministres est une réunion de prise de contact. Elle nous permet de faire ou de refaire connaissance avec les membres du gouvernement qui viennent d’être nommés
C’est toujours l’occasion pour moi de délivrer les orientations sur les principes devant guider vos activités dans cette phase 2 de la transition afin d’instaurer très vite une dynamique de travail au sein du gouvernement !
La tâche de chaque membre de gouvernement est lourde au regard des nombreuses attentes des populations.
Comme vous le savez, tout est prioritaire ! Et par conséquent, il n’y aura pas de période de grâce pour les membres du gouvernement !
Mes priorités définis dans la Feuille de route sont relatives à la sécurité, la situation humanitaire, la restauration de l’autorité de l’Etat, la relance de la machine économique et administrative, la mobilisation des ressources internes et le processus électoral.
Nous devons poursuivre cette feuille de route telle qu’adopté par le Conseil National de Transition.
Depuis le Forum de Brazzaville, il faut y adjoindre, l’organisation dans les 16 préfectures, les consultations relatives à la réconciliation nationale et la tenue du dialogue nationale.
La mise en œuvre urgente et efficace des priorités nécessitent un engagement patriotique et républicain de tous.
J’exhorte tous les membres du gouvernement de se désengager de leur attachement partisan et autre afin de se mettre à la disposition de la République en signant un Pacte républicain dès leur prise de fonction.
Ce gouvernement de combat et d’actions auquel vous appartenez doit être une équipe cohérente et solidaire sous l’autorité du Premier Ministre, Chef du gouvernement.
Un gouvernement capable de redonner espoir au peuple centrafricain.
Il s’ensuit que vos actions doivent être concrètes et visibles. Ce sont ces actions que la majorité de la population de notre pays attend dans le silence. Vous devez prendre en compte ses attentes et chercher à les traduire dans la réalité de tous les jours.
Les actions gouvernementales doivent avoir un impact sur la vie des populations en termes de satisfaction de leurs besoins. La population doit ressentir les actions du gouvernement pour que nous méritions le soutien populaire.
Au cours des mois précédents, de nombreuses critiques ont porté sur un déficit de communication sur les actions des autorités de la transition.
La communication devra être assurée au quotidien sur des sujets maitrisés afin de rassurer la population et la communauté internationale sur nos actions.
A ce effet, j’attache du prix à la diffusion régulière des comptes rendus des Conseils des Ministres.
Monsieur le Premier Ministre, mesdames et Messieurs les membres du gouvernement.
Dans le contexte actuel où les défis à relever sont encore nombreux, vous devez être les hommes et les femmes capables de relever par des actions concrètes, ces défis.
Vous devez tout mettre en œuvre pour mobiliser les ressources propres.
Il nous a souvent été reproché la faible capacité d’absorption de l’aide extérieure et la non exploitation des opportunités existantes pour mobiliser des ressources additionnelles.
Un accent particulier sera mis sur la reprise réelle des activités agricoles, commerciales, minières et forestières.
La situation de la trésorerie devra être une préoccupation permanente du gouvernement avec compte-rendu régulier en Conseil des Ministres.
Il nous faut réduire de manière drastique le train de vie de l’Etat, en étant particulièrement rigoureux sur les missions à l’extérieur qui devront faire de rapport en Conseil des Ministres.
A ce sujet toute autorisation de mission devra obtenir l’avis préalable du Chef de l’Etat.
Je vous invite par ailleurs à plus de vigilance et vous exhorte à maintenir la cohésion au sein des instances dirigeantes de la transition.
Dans le gouvernement passé, il m’a été donné de constater des relations conflictuelles entre la Présidence de la République et le Gouvernement de la transition. Il doit y avoir une parfaite collaboration et une certaine synergie entre les deux Institutions pour relever le défis énormes dont le pays fait face.
Le Cabinet présidentiel est là pour m’assister dans la conduite de la politique de la Nation et le maintien du fonctionnement régulier des Institutions. Sa mission est donc de servir de courroie de transmission entre le gouvernement et moi à travers l’intervention des Conseillers auprès de la Primature et des départements ministériels pour recueillir des informations pour m’éclairer.
Ces interventions ne doivent être considérées comme source de frustration.
Les membres du gouvernement doivent donner une bonne image de leur fonction et un bon exemple d’hommes et de femmes d’état dans leur comportement.
La question du secret de délibérations des conseils des cabinets et des ministres est importante. Le membres du gouvernement sont astreints à l’obligation de réserve pour éviter la divulgation de secret d’état préjudiciable aux sérieux de l’action gouvernementale.
Dans l’esprit du Forum de Brazzaville, j’ai veillé à ce que le caractère inclusif de ce gouvernement soit respecté en y incluant les principales entités représentatives des forces vives de notre pays et en mettant un accent sur l’équilibre régional.
Il fallait également avoir une administration avec des départements et des structures légers pouvant répondre aux attentes de la population.
Dans cet esprit, nous avons créé une trentaine de départements ministériels au lieu des vingt précédent.
Nous conscience des impératifs de réorganisation au sein de certains départements et des difficultés logistiques que cela devra entraîner.
Pour la plupart le cadre organique devra être entièrement revu. La gestion rigoureuse des structures et du personnel s’impose donc. Il ya lieu d’être prudent dans la gestion des hommes et dans les nominations. Il faut éviter de grands bouleversements en utilisant les cadres disponibles avant d’envisager le recours à d’autres compétences.
Le Premier Ministre et moi-même apporteront l’appui nécessaire au fonctionnement de vos département dans la limite des moyens disponibles.
Les chefs de département devront mettre un accent particulier sur la reprise effective du travail, le respect des horaires de travail et sur la propreté des bâtiments administratifs et des édifices publics.
Pour finir, le travail de tous les membres du gouvernement sera évalué au bout de trois. Ce qui n’auront pas montré leur capacités à diriger un département ministériel seront remerciés.
Mais d’ores et déjà, Mesdames et Messieurs les membres du gouvernement, mettons nous résolument au travail.
Je vous remercie.


29/08/2014
0 Poster un commentaire

République Centrafricaine: Décret portant nomination ou confirmation des personnalités à la Présidence de la République

  [La rédaction|Mis à jour|27 août 2014]

PalaisR.png

Par décret numéro 14-292 émanant de la Présidence de la République Centrafricaine, Madame la Présidente de transition Catherine Samba-Panza réorganise son Cabinet suite à la formation du  gouvernement de Mahamat Kamoun comme Premier Ministre, Chef du Gouvernement.

 

Cinq jours après la publication vendredi de la composition du nouveau gouvernement d'union nationale dirigé par Mahamat Kamoun, la présidente de transition centrafricaine Catherine Samba-Panza a remanié l'équipe administrative mercredi, réduisant le nombre des membres de 28 à 20 et y introduisant deux membres de la diaspora, annonce-t-on à la présidence.

 

Comme pour le précédent nommé le 3 février après son élection par le Conseil national de transition (CNT, Parlement provisoire en place depuis juin 2013) consécutive à la démission forcée de Michel Djotodia, leader de l'ex-coalition rebelle Séléka, c'est un gouvernement bis que Mme Samba-Panza a mis en place, parallèlement au cabinet de Kamoun, son ex-ministre d'Etat, conseiller spécial.

 

Le secrétaire général de la présidence, Jean Ndemoukouma, et le ministre d'Etat, directeur de cabinet, Joseph Mabingui, conservent leurs postes dans ce cabinet présidentiel qui accueille cette fois- ci deux Centrafricains établis hors du pays. En provenance de la Banque des Etats de l'Afrique centrale (BEAC) à Yaoundé au Cameroun, Yvon Songué est nommé ministre, conseiller économique et financier auprès de la présidente de transition.

 

Aubin Lenghat quitte quant à lui Paris pour devenir ministre délégué,conseiller en matière de relations publiques, chargé des nouvelles technologies de l'information et de la communication. Fait marquant, Catherine Samba-Panza se saisit du dossier du programme DDR (désarmement, démobilisation et réinsertion) en créant à cet effet un poste confié au général de brigade Thomas Théophile Timangoa, passé de ministre de le Défense nationale dans le gouvernement sortant d'André Nzapayéké à ministre, conseiller à la défense au sein du cabinet présidentiel.

 

Le chef militaire est aussi chargé de la réforme du secteur de la sécurité destinée à permettre à la République centrafricaine ( RCA) de se doter de nouvelles forces de défense et de sécurité capables d'assurer la paix et la sécurité dans ce pays après une désintégration de troupes due aux multiples coups d'Etat et rébellions qu'il connaît depuis son indépendance en 1960.

 

 Le dialogue politique et social sera l'oeuvre d'Anicet Guiyama- Massogo, ministre délégué, conseiller politique, qui laisse le titre de porte-parole de la présidence à l'ex-ministre de la Communication et de la Réconciliation nationale Antoinette Montaigne née Moussa qui sa mission maintenant en tant que ministre, conseiller en communication chargé du suivi de la réconciliation nationale.

 

 

©Xinhua

 

 

 

cb1.png
cb2.png
cb3.png

 

©La Présidence


27/08/2014
0 Poster un commentaire


Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser